News

Visite du pape au Canada : plus que des excuses nécessaires, selon les peuples autochtones

Alors que le pape François s’apprête à entreprendre une visite « pénitentielle » de six jours au Canada ce dimanche, les peuples autochtones disent qu’ils espèrent que le pontife ira au-delà de simples excuses.

Pan Palmater, titulaire de la chaire de gouvernance autochtone à l’Université métropolitaine de Toronto, affirme que le pape doit également offrir une « acceptation complète de la responsabilité » du rôle de l’Église catholique dans le système des pensionnats, qui a connu de nombreux cas d’abus et de négligence.

« Pas de minimisation, pas de qualification, mais » Voici ce que nous avons fait, en ce qui concerne les personnes sur le terrain dans les pensionnats «  », a-t-elle déclaré vendredi à CTV’s Your Morning.

Rod Alexis, un survivant des pensionnats de la nation Alexis Nakota Sioux en Alberta, a qualifié la visite du pape de « bon premier pas ».

« Ce n’est qu’un début. Cette annonce n’est qu’un début, se comprendre », a-t-il déclaré jeudi à CTV News.

Palmater veut également voir l’Église assumer la responsabilité de ne pas partager les informations et les documents relatifs aux pensionnats, ainsi que son action en tenant responsables les agresseurs.

« Cela devrait passer avant des excuses vraiment sincères », a-t-elle déclaré.

Palmater veut également voir l’Église remplir correctement ses engagements de compensation. En 2006, les diocèses catholiques du Canada ont accepté de faire de leur mieux pour amasser 25 millions de dollars pour les survivants des pensionnats, mais ont fini par amasser moins de 4 millions de dollars.

Il y a aussi le Doctrine de la découverte, que Palameter dit que l’Église doit révoquer. Originaire des déclarations du Pape dans les années 1400, la doctrine a donné une justification légale et morale au cours de « l’ère de la découverte » pour légitimer les revendications territoriales coloniales européennes en dehors de l’Europe.

Les dirigeants autochtones ont également appelé le Vatican à restituer les œuvres d’art et les artefacts autochtones de l’époque coloniale, qui, selon le Vatican, ont été obtenus en tant que « cadeaux ».

Et tandis que certains survivants ont besoin d’entendre les excuses du pape pour leur propre guérison personnelle, Palmeter a noté que tous les peuples autochtones ne sont pas impatients de le voir au Canada.

« (Il y a) certains qui le veulent ici et il y en a un bon nombre qui ne veulent pas de lui ici, qui s’offusquent en fait qu’il vienne même ici. Donc, vous savez, il y a une grande variété d’opinions », a-t-elle dit.

Pour Alexis, qui accueillera le pape François au Lac Ste. Anne, en Alberta, il est important que le pape reconnaisse les membres autochtones de la communauté catholique romaine.

« Nous voulions (le pape) venir ici parce que nous savions que la guérison doit commencer quelque part. Il représente l’organisation religieuse la plus puissante du monde. Et puis beaucoup d’entre nous en font partie », a-t-il déclaré.


Avec des fichiers du chef du bureau de l’Atlantique de CTV National News, Creeson Agecoutay

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page