News

Un voyageur de la Colombie-Britannique allègue qu’il a été victime de discrimination sur un vol d’Air Canada

Une jeune femme handicapée d’Abbotsford, en Colombie-Britannique, affirme avoir été atteinte de handicap sur un récent vol d’Air Canada.

Kourtney Kujawa, 24 ans, utilise un fauteuil roulant motorisé, qui, selon la compagnie aérienne, était trop grand pour être placé dans la soute.

Dimanche, Kujawa quittait l’aéroport international de Vancouver pour Denver, Colorado, pour une conférence destinée aux personnes atteintes de la même maladie génétique rare de la peau appelée épidermolyse bulleuse dystrophique récessive.

« C’est un endroit où je ne me sens pas différent ; Je me sens si différent quand je suis à la maison. Il était donc très important pour moi de venir voir mes anciens amis et d’en rencontrer de nouveaux », a-t-elle déclaré à CTV News.

Kujawa voyageait avec sa sœur et son amie. Avant le vol, elle avait donné à l’agent de voyage les dimensions du fauteuil roulant et elle avait demandé que le trio s’asseye près de l’avant. Ses mains ont été amputées et elle a besoin de l’aide de ses proches.

« J’ai besoin d’aide pour presque tout, comme marcher, mettre la ceinture de sécurité, passer le verre ou si j’avais besoin de médicaments », a-t-elle expliqué.

Mais quand ils sont arrivés à l’aéroport, ils ont appris que leurs sièges étaient partagés. Finalement, un agent a pu trouver des sièges pour que Kujawa puisse s’asseoir avec son amie.

Juste au moment où ils se préparaient pour le décollage, un agent de bord leur a dit que le fauteuil roulant ne convenait pas même après avoir essayé de retirer l’appui-tête.

Kujawa a déclaré que cela avait été un choc pour elle car elle avait volé près d’une douzaine de fois dans le même fauteuil roulant et n’avait jamais eu de problèmes.

« C’était humiliant pour moi de devoir partir », a-t-elle déclaré.

Ils ont attendu quelques heures pour le prochain vol, qui allait être un plus gros avion.

Mais malgré leur optimisme, on leur a répété que le fauteuil roulant était trop gros et qu’il fallait le démonter.

« Nous n’avions pas les outils et ils nous ont donc dit que nous devions apporter notre clé Allen ou une clé anglaise la prochaine fois », a-t-elle déclaré.

Avec l’aide d’un mécanicien, ils ont passé environ 90 minutes à démonter le fauteuil roulant, retardant le vol pour tout le monde à bord.

« J’avais l’impression d’avoir foiré les vols de beaucoup de gens et les vols de correspondance et tout ça. Et je me sentais vraiment mal à propos de tout. J’ai l’impression que les personnes handicapées ne devraient pas avoir à s’inquiéter de ce genre de choses. Nous avons suffisamment de choses à faire pour que nous puissions simplement ne pas nous soucier du processus de vol », a-t-elle déclaré.

Le trio est finalement arrivé à Denver, quoique neuf heures plus tard que prévu.

Gabor Lukacs, fondateur d’Air Passenger Rights, a déclaré que Kujawa n’aurait jamais dû être invitée à apporter ses propres outils.

« Le passager peut être invité à fournir un manuel pour le démontage et le montage, et peut être invité à arriver plus tôt pour l’enregistrement ou à être plus tôt à la porte d’embarquement, mais ce sont les seules obligations du passager », a-t-il déclaré.

Lukacs a déclaré que les compagnies aériennes sont tenues de donner la priorité aux aides à la mobilité par rapport aux bagages et au fret.

« L’essentiel est qu’il s’agit de questions discriminatoires : ne pas transporter une personne en raison de son handicap », a-t-il déclaré.

Il a dit que la seule exception est si la porte de chargement est trop petite.

Air Canada n’a pas commenté les détails de l’expérience de Kujawa ni dit si la porte était trop petite, mais a défendu son processus pour les personnes voyageant en fauteuil roulant.

« Nous avons mis en place des procédures bien définies pour les clients nécessitant une assistance et nous nous efforçons d’aider les clients qui voyagent avec un fauteuil roulant », a écrit la société dans un communiqué par e-mail.

Il a indiqué qu’il dispose d’un bureau d’assistance médicale spécialisé d’Air Canada, dans lequel les passagers doivent appeler au moins 48 heures avant le départ pour fournir les dimensions et des informations sur le type de batterie de leur aide à la mobilité.

Il a déclaré que cela visait à garantir que le fauteuil roulant puisse passer par la porte cargo de l’avion.

« Air Canada fera tout son possible pour accueillir les passagers et leur aide à la mobilité, et si nécessaire, nous retirerons tout fret ou bagage afin de faire de la place pour le stockage de l’aide à la mobilité », indique le communiqué.

La mère de Kujawa a déclaré qu’ils avaient appelé la ligne téléphonique spéciale, qui avait attendu une heure, et qu’elle les avait renvoyés au site Web.

Les dimensions du fauteuil roulant ont été communiquées à la compagnie aérienne par l’intermédiaire de son agence de voyages.

«Ils savaient qu’ils recevaient quelqu’un avec un problème de mobilité. Ils avaient une dimension d’aide à la mobilité, alors faites ce qu’il faut », a déclaré Lukacs, ajoutant que la compagnie aérienne aurait dû les réserver sur un vol différent à l’avance ou avoir une équipe prête à démonter et remonter le fauteuil roulant.

Kujawa retournera à Abbotsford la semaine prochaine, et elle ne sait pas si elle veut voler à nouveau avec Air Canada si cela signifie démonter le fauteuil roulant.

La compagnie aérienne a déclaré à CTV News qu’elle contacterait Kujawa.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page