News

Tamara Lich sera libérée sous caution

OTTAWA –

L’organisatrice de la manifestation à Ottawa, Tamara Lich, a été libérée sous caution pour la deuxième fois après qu’un juge a annulé une décision antérieure qui l’avait renvoyée en détention.

« Je suis très heureuse d’être libre et de sortir », a déclaré Lich alors qu’elle était harcelée par des partisans alors qu’elle quittait le palais de justice d’Ottawa mardi. Elle était en détention depuis le 27 juin, accusée d’avoir enfreint les conditions de sa libération sous caution.

Le juge de la Cour supérieure Andrew Goodman a déclaré que le juge de paix qui a présidé l’audience de justification de Lich le 27 juin a commis plusieurs erreurs de droit et mal compris certains faits lorsqu’il a ordonné son maintien en détention.

Lich a été accusée d’avoir enfreint la condition de libération sous caution qui lui interdisait de communiquer avec 10 autres organisateurs de la manifestation, dont l’ancien porte-parole du Freedom Convoy, Tom Marazzo. Ils se sont assis à la même table lors d’un gala du Freedom Award à Toronto en juin et ont été photographiés ensemble.

Goodman a estimé que l’allégation de violation était « ténue » et n’était pas « rationnellement liée » à l’idée derrière l’ordre de non-communication – pour empêcher l’organisation d’une autre manifestation du Freedom Convoy.

Il n’était pas d’accord avec le juge de paix sur la gravité des accusations – un facteur clé dans les décisions de libération sous caution – affirmant qu’il était peu probable qu’elle soit condamnée à une longue peine d’emprisonnement si elle était reconnue coupable.

La Couronne avait fait valoir que Lich pouvait être condamné à une peine de prison pouvant aller jusqu’à 10 ans, en raison de l’effet de la manifestation sur la ville et ses citoyens.

« Mme. Lich est présumée innocente », a déclaré Goodman dans sa décision, notant qu’il y a « une incertitude quant à la mesure dans laquelle elle sera jugée coupable » pour la manifestation.

« Rien dans ces motifs », a déclaré Goodman, « ne vise à minimiser le préjudice causé aux citoyens d’Ottawa » ou les coûts pour les différents paliers de gouvernement.

Goodman a noté que Lich avait obéi à toutes les autres conditions de libération sous caution qui lui avaient été imposées pendant près de quatre mois et a pris la décision de retourner devant le tribunal pour demander que les conditions soient modifiées pour lui permettre d’assister au gala.

Les avocats de la défense de Lich ont déclaré qu’ils étaient satisfaits de la décision.

« De toute évidence, nous sommes déçus qu’il ait fallu près d’un mois de détention pour en arriver là, mais nous sommes ravis de la conclusion d’aujourd’hui – que l’ordonnance la détenant était clairement inappropriée et que cela a maintenant été corrigé et qu’elle a été libérée », a déclaré l’avocat. Eric Granger devant le tribunal.

Avant la décision, Lich a comparu à la barre pour faire face au contre-interrogatoire du procureur de la Couronne Moiz Karimjee, qui a posé des questions sur sa situation financière personnelle. Lich a déclaré qu’elle avait reçu environ 69 000 $ en dons pour sa défense.

Karijmee a diffusé une vidéo TikTok au tribunal dans laquelle un autre organisateur de la manifestation a affirmé que Lich avait une fois exprimé son soutien à un projet d’achat d’une propriété à Ottawa pour l’utiliser comme base pour les manifestations.

Mais Lich a nié avoir été impliquée dans un plan d’un groupe appelé The United People of Canada visant à acquérir une ancienne église du marché By pour l’utiliser comme « ambassade ».

Lich a également déclaré au tribunal que son mari Dwayne Lich s’était rendu à Ottawa pendant la manifestation à bord d’un avion nolisé payé par la collecte de fonds Adopt-a-Trucker, et non d’un jet privé financé par un «bon chrétien», comme Dwayne Lich l’a témoigné en février.

Lich, 49 ans, fait toujours face à une liste d’accusations criminelles, notamment de méfait, de conseil en intimidation et de conseil en obstruction d’un policier lié à l’occupation de trois semaines du centre-ville d’Ottawa.

Une audience préliminaire est prévue en août.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page