News

Pourquoi personne ne bénéficie d’un avantage fiscal lorsque vous faites un don à la caisse

Cela se produit presque chaque fois que vous sortez un portefeuille pour payer des courses, un café ou un cheeseburger.

Un visage amical de l’autre côté de la caisse vous demande si vous souhaitez faire don d’un dollar supplémentaire ou d’un dollar à une association caritative. Si vous hochez la tête en signe d’accord, le caissier ajoute quelques dollars supplémentaires à votre transaction.

La pratique est appelée collecte de fonds au point de vente, car les dons de bienfaisance sont acheminés par l’intermédiaire de détaillants au point final où les clients effectuent leurs achats.

Tous ces changements supplémentaires rapportent beaucoup d’argent aux organismes de bienfaisance, mais ils n’offrent pas aux Canadiens les mêmes avantages fiscaux qu’un don direct à un organisme de bienfaisance sans caisse enregistreuse entre les deux.

Personne ne reçoit de reçu fiscal. Vraiment!

En 2021, les chaînes d’épicerie Métro et Coop de Calgary collectivement, plus de 5,5 millions de dollars ont été versés aux banques alimentaires, aux refuges d’urgence, à la recherche sur le cancer et aux hôpitaux du Québec, de l’Ontario et de l’Alberta.

Alors, qui peut déduire tous ces dons de son revenu ? Clients ou revendeurs ?

La bonne réponse, selon les experts comptables et caritatifs, est ni l’un ni l’autre. En ce qui concerne la philanthropie des caisses, au Canada, personne ne bénéficie d’un avantage fiscal.

  • L’argent du coût de la vie – comment il nous fait (ou nous casse).
    Retrouvez-nous les dimanches sur CBC Radio One à midi (12h30 NT).
    Nous répétons également le mardi suivant à 11h30 dans la plupart des provinces.

« L’individu [customer] aurait besoin de faire un don directement à l’organisme de bienfaisance pour obtenir un reçu », a écrit le comptable agréé de Toronto Brian J. Quinlan dans un courriel à CBC Radio Coût de la vie.

« Il ne serait pas éthique pour l’épicerie de demander un reçu caritatif car elle ne donne pas son propre argent. »

Dons plus élevés et coûts réduits

Même ainsi, certaines organisations à but non lucratif affirment qu’il y a de grands avantages lorsque les détaillants vous demandent de rendre la monnaie à la caisse.

« C’est le moyen le moins cher pour les organismes de bienfaisance de collecter des fonds », a déclaré Gena Rotstein, directrice de Karma & Cents, un cabinet-conseil basé à Calgary qui donne des conseils sur la philanthropie.

Une femme de race blanche aux cheveux noirs bouclés pose pour un tir à la tête.
Gena Rotstein de Karma & Cents, un groupe qui conseille les Canadiens et les entreprises sur les dons de bienfaisance, affirme que les dons à la caisse sont un moyen bon marché pour les organismes de bienfaisance de recueillir des fonds. (Soumis par Gena Rotstein)

Selon Rotstein, il y a des économies importantes pour les organisations à but non lucratif.

« Ils ne délivrent pas de reçus fiscaux. Ils ne recherchent pas les donateurs. Ils n’écrivent pas de notes de remerciement, tout ce qui coûte de l’argent pour collecter des fonds », a-t-elle déclaré.

Les coûts de collecte de fonds sont élevés et les détaillants peuvent aider à les réduire

Beaucoup de temps, de planification et de travail sont consacrés à des efforts de collecte de fonds plus traditionnels, tels que le porte-à-porte ou l’organisation d’un gala fastueux.

Selon Charity Intelligence Canada, qui suit et analyse quels organismes de bienfaisance ont donné de l’argent, les coûts de collecte de fonds représentent environ 20 % des budgets de fonctionnement annuels des organismes de bienfaisance canadiens.

Lorsque les épiceries ou les chaînes de restauration rapide collectent des dons à la caisse pour un organisme de bienfaisance, une grande partie de ces coûts de collecte de fonds peuvent être éliminés.


ÉCOUTEZ | Découvrez pourquoi les Canadiens devraient ou ne devraient pas faire un don à la caisse :

Coût de la vie5:35Charité à la caisse


La collecte de fonds au point de vente n’est pas suivie à l’échelle nationale au Canada, mais est surveillée par organisations aux États-Unis.

Au cours des quelque 30 années écoulées depuis le début de ce type de collecte de fonds, plus de 4,9 milliards de dollars américains ont été collectés grâce aux caisses enregistreuses et à des efforts similaires.

Il existe d’autres incitations pour les magasins

En l’absence de reçus d’impôt, de nombreux détaillants canadiens qui demandent des dons à la caisse ont mandats auto-déclarés être de bons citoyens corporatifs ou des acteurs communautaires.

Cependant, Rotstein souligne une autre raison pour laquelle les magasins s’associent à des organisations caritatives pour un bon marketing.

Les détaillants peuvent tirer parti de la marque positive d’un organisme de bienfaisance pour promouvoir leur propre point de vente, ce qui offre une bonne image de marque à un coût moindre pour le magasin que le marketing plus traditionnel. De plus, les clients sont déjà à la caisse prêts à dépenser de l’argent, donc les dépenses de collecte de fonds sont également réduites.

Pourquoi personne ne bénéficie d'un avantage fiscal lorsque vous faites un don à la caisse
Les caissiers de partout au Canada demandent régulièrement à leurs clients d’ajouter un ou deux dollars de plus pour une œuvre de bienfaisance au choix du détaillant. (Chris Hondros/Getty Images)

« C’est une situation gagnant-gagnant pour l’organisme de bienfaisance et pour l’entreprise, car leur marque est maintenant encore plus reconnue dans la communauté », a déclaré Rotstein, notant que les détaillants sont stratégiques quant aux organismes de bienfaisance avec lesquels ils s’associent.

« Vous allez donner aux enfants, aux chiots et aux soins de santé », a-t-elle déclaré.

Plus c’est anodin, mieux c’est, selon l’expert en philanthropie.

« Costco donne à l’hôpital pour enfants. Pourquoi donne-t-il à l’hôpital pour enfants ? Eh bien, mis à part le fait que c’est une bonne chose à faire, c’est aligné sur le type de client qu’ils ont, qui sont généralement des familles qui achètent en gros.  » dit Rotstein.

Faites vos recherches avant de donner, dit un expert caritatif

D’autre part, l’observatrice de l’industrie caritative Kate Bahen n’est pas fan des dons au point de vente.

« J’appelle ça la retenue à la caisse. Comme, les mains en l’air. Voulez-vous donner 2 $? »

Ce n’est peut-être que 2 $… mais en fin de compte, ces 2 $ totalisent des millions de dollars.-Kate Bahen, Charity Intelligence Canada

Le directeur général de Charity Intelligence Canada insiste sur le fait que les clients évitent de faire un don à la caisse, à moins qu’ils ne soient pleinement informés sur l’organisme de bienfaisance.

Pourquoi personne ne bénéficie d'un avantage fiscal lorsque vous faites un don à la caisse
Selon Kate Bahen de Charity Intelligence Canada, ces toonies et huards supplémentaires que les gens donnent aux caisses peuvent vraiment s’additionner. (Fabiola Carletti/CBC)

Les Canadiens devraient donner aux organismes de bienfaisance qui comptent pour eux, selon Bahen, et rechercher comment ces organismes de bienfaisance dépensent leur argent avant de faire un don.

« Cela pourrait être juste 2 $ ici et 2 $ là-bas. Mais au bout du compte, ces 2 $ totalisent des millions de dollars », a-t-elle déclaré.

« C’est très bien quand vous n’avez aucune information sur un organisme de bienfaisance pour dire ‘Non merci’ et ne pas vous sentir coupable. »

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page