News

Poilievre saute le troisième débat à la direction des conservateurs

OTTAWA –

Le plan du Parti conservateur du Canada d’organiser un troisième débat à la direction en août pourrait s’effondrer, un candidat refusant d’y assister et un autre se demandant si c’est vraiment nécessaire.

La campagne du favori présumé Pierre Poilievre a annoncé jeudi que le député de longue date ne participerait pas au débat, sous peine d’une lourde amende.

Jenni Byrne, un membre senior de l’équipe de Poilievre, a publié une déclaration cinglante sur Twitter expliquant sa décision après que le parti a annoncé plus tôt dans la journée qu’il procéderait à un débat début août.

Les règles du parti conservateur stipulent que les candidats doivent participer aux débats officiels à la direction ou faire face à une « pénalité automatique de 50 000 $ ».

« La participation est obligatoire et aucun remplacement ne sera autorisé », selon le règlement.

La déclaration de Byrne a noté que Poilievre avait pris part aux deux premiers débats officiels en mai, plus un organisé par le Canada Strong and Free Network – une organisation qui promeut le mouvement conservateur.

Il a également critiqué le débat en anglais tenu à Edmonton parce qu’il comportait des effets sonores et une série de questions sur les goûts des candidats en matière de musique et de télévision.

« Ce n’est pas la faute de la campagne si le débat du parti à Edmonton a été largement reconnu comme un embarras. Les candidats ont reçu des pagaies de ping-pong à tenir lorsqu’ils voulaient parler. C’était plus un jeu télévisé qu’un débat », indique le communiqué. .

« Et cela s’est produit malgré de fortes mises en garde adressées au parti concernant à la fois le modérateur et le format – qui ont tous été ignorés. »

Le débat était animé par l’ancien journaliste politique Tom Clark, que la campagne de Poilievre qualifiait de « personnalité médiatique libérale d’élite laurentienne ».

Une demande de commentaire de Clark n’a pas encore été retournée.

Le porte-parole du parti, Yaroslav Baran, a déclaré qu’il comprenait « qu’il existe plusieurs points de vue sur les débats tenus à ce jour », et a souligné que les règles de course stipulent que la participation est obligatoire.

La déclaration de Byrne indique que le plan d’un autre débat intervient alors que la campagne Poilievre s’efforce d’obtenir le vote des membres conservateurs. Le député se vante d’avoir vendu près de 312 000 adhésions – un chiffre que le siège du parti ne vérifiera pas. C’est plus que le nombre total de membres que comptait le parti lorsqu’Erin O’Toole a été nommée chef en 2020.

Le parti a déclaré qu’un nombre record de personnes – environ 675 000 – se sont inscrites avant le vote.

Les membres ont jusqu’au début septembre pour retourner leur bulletin de vote avant que les résultats ne soient dévoilés à Ottawa le 10 septembre. Le vote est déjà en cours, la plupart des bulletins de vote ayant été postés.

La campagne de Poilievre continue d’attaquer les appels répétés de son collègue candidat à la direction Jean Charest pour un troisième débat, affirmant que l’ex-premier ministre du Québec ne pouvait pas attirer les mêmes tailles de foule que Poilievre au printemps lorsque les candidats vendaient des adhésions à des partisans.

« C’est pourquoi il veut un autre débat – utiliser la popularité de Pierre auprès des membres pour faire émerger un public qu’il ne peut pas obtenir seul. »

En réponse, la campagne de Charest a accusé Poilievre de préférer rédiger des messages sur les réseaux sociaux « que de répondre aux questions en temps réel ».

« Jean n’a JAMAIS hésité à répondre à des questions difficiles », lit-on, ajoutant qu’il estimait que le format du débat en français tenu à Laval, au Québec, était constructif.

Leslyn Lewis, une députée sociale-conservatrice de l’Ontario qui est également en lice, a déclaré que les membres du parti avaient eu la chance de voir des candidats à la direction présenter leurs visions pour le pays lors des deux débats précédents, qui restent en ligne.

« Je ne suis pas sûre de la valeur que nous accordons aux membres par le biais d’un débat organisé à la hâte en ce moment », a-t-elle déclaré dans un communiqué.

Comme Poilievre, Lewis a souligné qu’il s’agissait d’une étape importante de la course pour que les candidats rencontrent les membres et dit qu’elle a un calendrier chargé d’événements.

« J’ai constaté que les préoccupations des Canadiens ordinaires varient considérablement des questions politiques de haut niveau qui nous sont posées lors des débats officiels », a-t-elle déclaré.

« Les problèmes auxquels sont confrontés les Canadiens des régions rurales n’ont pas été représentés dans les débats tenus. »

Quant à savoir si elle envisage de participer, sa campagne indique qu’elle est en discussion avec le parti.

Outre Charest, les candidats Scott Aitchison, un député rural de l’Ontario, et Roman Baber, un ancien législateur ontarien, avaient également exprimé l’espoir d’un autre débat.

La décision de Poilievre de sauter l’événement signifie qu’il n’y aura pas un, mais au moins deux candidats de moins sur scène, compte tenu de la récente disqualification de Patrick Brown suite à une allégation selon laquelle il aurait enfreint les lois électorales fédérales.

Brown a nié cette accusation.

Ce n’est pas non plus la première fois pendant la course que la planification d’un débat est mise de côté.

Poilievre a refusé de participer à un événement non officiel pendant que les candidats étaient au Stampede de Calgary.

L’Independent Press Gallery, une organisation qui représente divers médias et journalistes, a également annoncé qu’elle devait annuler un débat qu’elle avait prévu car trop peu de candidats avaient confirmé leur présence.

Le comité d’organisation des élections à la direction du parti a déclaré avoir décidé mercredi soir d’organiser un troisième débat officiel après avoir interrogé les membres la semaine dernière. Quelque 24 000 ont répondu.

« La réponse a été massivement favorable », a déclaré Baran.

Bien que les responsables et les campagnes n’aient que quelques semaines pour planifier l’événement, les campagnes ont été informées plus tôt dans la course que leurs candidats pourraient être rappelés pour un débat début août à la discrétion du parti.


Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 21 juillet 2022.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page