News

Poilievre dénonce Diagolon pour menace contre sa femme

OTTAWA –

Le chef conservateur Pierre Poilievre dit qu’il a demandé à la GRC d’enquêter sur les commentaires « dégoûtants » du fondateur d’un groupe d’extrême droite concernant l’agression sexuelle de sa femme.

Jeremy MacKenzie faisait référence à Anaida Poilievre sur un flux vidéo en ligne au cours du week-end lorsqu’il a suggéré qu’elle soit agressée sexuellement.

MacKenzie, 36 ans, est le fondateur de haut niveau du groupe en ligne « Diagolon », qui partage des membres et une affiliation avec le « Freedom Convoy », ainsi que ceux qui s’opposent aux restrictions sanitaires imposées par le gouvernement.

Il fait face à des accusations d’agression et d’armes à feu en Saskatchewan et dans sa Nouvelle-Écosse natale liées à des incidents distincts.

Poilievre, qui a déjà été photographié en train de serrer la main de MacKenzie lors d’un événement de campagne à la direction des conservateurs en Nouvelle-Écosse, a qualifié MacKenzie et l’autre homme de la vidéo de « saletés » et de « perdants » et a déclaré qu’il ne tolérerait pas que des personnes menacent sa famille.

Dans une entrevue avec La Presse canadienne, MacKenzie a déclaré qu’il buvait lorsqu’il a fait ces commentaires et que personne ne voulait dire de mal.


Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 26 septembre 2022.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page