News

Paxlovid au Canada : qui peut l’obtenir et où

Le médicament antiviral Paxlovid de Pfizer est conçu pour réduire le risque d’hospitalisation chez les patients atteints de COVID-19, et il est approuvé pour une utilisation à travers le Canada.

Bien qu’il ait le potentiel de soulager les hôpitaux lors des poussées de coronavirus, certains médecins et pharmaciens pensent qu’il n’est pas utilisé aussi largement qu’il le devrait.

Le Dr Brian Conway est directeur médical du Centre des maladies infectieuses de Vancouver et professeur adjoint au Département de pharmacologie et de thérapeutique de l’Université de la Colombie-Britannique. Il a déclaré que le manque d’utilisation pourrait être dû à un certain nombre de facteurs, notamment des restrictions sur qui peut le prescrire et un manque de sensibilisation au traitement, tant parmi le public que parmi les professionnels de la santé.

« Il se peut que nous ne le prescrivons pas assez largement », a déclaré Conway à CTVNews.ca. « Mon sentiment est que lorsque je parle aux médecins de famille qui pourraient être la première ligne, ils ne le savent pas. De nombreux pharmaciens J’ai dû travailler avec eux et leur expliquer ce qu’est ce truc. Il n’y a pas eu beaucoup d’efforts pour s’assurer que tout le monde sait ce que c’est.

COMMENT ÇA FONCTIONNE

Selon Santé CanadaPaxlovid est un médicament antiviral sous forme de pilule qui fonctionne mieux pour limiter la gravité du COVID-19 lorsqu’il est pris au début d’une infection avec des symptômes légers à modérés.

Les patients prennent deux doses par jour pendant cinq jours, et chaque dose consiste en deux comprimés roses de nirmatrelvir et un comprimé blanc de ritonavir. Le nirmatrelvir est un médicament antiviral qui inhibe une protéine SARS-CoV-2 pour empêcher le virus de se répliquer, tandis que le ritonavir retarde la dégradation du nirmatrelvir pour l’aider à agir plus longtemps dans l’organisme.

Les patients éligibles prennent le médicament à la maison après avoir été testés positifs pour COVID-19. Selon la Table consultative scientifique sur la COVID-19 de l’Ontario, Effets secondaires sont généralement bénins et peuvent inclure une altération du goût, de la diarrhée, des douleurs musculaires, des vomissements, une hypertension artérielle et des maux de tête.

QUI EST ÉLIGIBLE

Au Canada, Paxlovid est approuvé pour les personnes dont le test de dépistage de la COVID-19 est positif et qui présentent un risque accru de développer des symptômes graves de la COVID-19 pouvant nécessiter une hospitalisation.

C’est aux provinces et aux territoires de prioriser qui est admissible, mais Santé Canada dit que l’âge est le facteur de risque le plus fort pour maladie grave et hospitalisation, les seniors non vaccinés ou dont les vaccinations ne sont pas à jour étant les plus à risque.

Les autres adultes éligibles comprennent les personnes immunodéprimées et celles qui souffrent de maladies sous-jacentes graves telles que l’obésité ou le diabète, ainsi que les personnes de plus de 60 ans vivant dans des communautés mal desservies, rurales ou éloignées ou dans des établissements de soins collectifs.

Paxlovide est non approuvé pour les personnes qui n’ont pas été testées positives pour COVID-19, les patients qui sont déjà traités à l’hôpital pour COVID-19 ou toute personne de moins de 18 ans.

Le médicament interagit avec des dizaines de médicaments courantsy compris certains médicaments pour le cœur, certains antibiotiques, les contraceptifs hormonaux et ceux utilisés pour traiter la dysfonction érectile, le cholestérol sanguin et les allergies saisonnières.

C’est aussi non recommandé à pleine puissance pour les personnes souffrant de problèmes rénaux. Toute personne souffrant de problèmes rénaux ou prenant un médicament susceptible d’interagir avec Paxlovid doit consulter son fournisseur de soins de santé.

Les provinces et les territoires sont chargés de prioriser l’accès à Paxlovid, donc toute personne ayant des questions sur sa propre admissibilité doit contacter son service de santé publique local ou provincial ou son fournisseur de soins de santé.

QUI PEUT LE PRESCRIRE ET LE DÉLIVRER

Les provinces et les territoires ont le pouvoir de décider qui peut prescrire et délivrer Paxlovid, qui, selon Conway, a créé une mosaïque de politiques allant de simples et rationalisées à compliquées et bureaucratiques.

«Donc, différentes provinces ont des approches différentes, la plus simple étant que si quelqu’un est positif lors d’un test rapide, il peut communiquer ce résultat à un pharmacien ou le pharmacien peut faire le test sur place, puis le pharmacien peut établir un lien avec un médecin, un une brève interaction se produit et le médicament est prescrit », a déclaré Conway. « Alors c’est le plus simple. »

Les provinces où les pharmaciens peuvent prescrire Paxlovid aux patients dont les tests COVID-19 sont positifs comprennent Québec, Alberta, Saskatchewanet Terre-Neuve-et-Labrador.

Dans les autres provinces, les pharmacies peuvent délivrer Paxlovid, mais seuls les médecins et les infirmières praticiennes peuvent le prescrire. C’est le cas en Ontario et la Colombie-Britannique.

« Le plus compliqué [system] est potentiellement celui que nous avons ici en Colombie-Britannique, où il y a un formulaire qui doit être rempli et où ils ont établi des critères d’admissibilité pour Paxlovid, et l’individu doit répondre à ces exigences », a déclaré Conway.

Conway dit que le processus est si compliqué que certains médecins ont choisi de ne pas prescrire Paxlovid pour éviter de remplir la paperasse.

Dans un communiqué de presse le 11 juillet, la Dre Danielle Paes, pharmacienne en chef de l’Association des pharmaciens du Canada, a appelé les gouvernements provinciaux à habiliter les pharmaciens à fournir des tests au point de service et à prescrire des traitements contre la COVID-19 tels que Paxlovid

« Le Québec a été la première juridiction au monde à permettre aux pharmaciens de prescrire Paxlovid et a connu une augmentation marquée de l’utilisation de l’antiviral COVID-19, aidant à garder les patients hors des hôpitaux. D’autres provinces ont emboîté le pas, mais beaucoup n’ont pas encore activé ce service essentiel », a déclaré le Dr Paes.

« Paxlovid prescrit par un pharmacien n’est qu’un exemple du type de soins communautaires novateurs qui réduira la pression sur nos hôpitaux tout en élargissant l’accès aux services et aux soins sur lesquels les Canadiens comptent.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page