News

Pape François : Réaction aux excuses du pensionnat

Des dirigeants autochtones, des militants et d’autres réagissent aux excuses du pape François lundi pour le rôle de l’Église catholique dans le système des pensionnats du Canada, un moment reconnu par certains comme un événement historique, tandis que d’autres continuent d’exhorter le pontife à donner suite à ses paroles avec action.

Le pape François a présenté ses excuses lors d’une visite sur l’ancien site du pensionnat indien Ermineskin à Maskwacis, en Alberta, un voyage qu’il appelle son « pèlerinage pénitentiel ».

« Je demande pardon, en particulier, pour la manière dont de nombreux membres de l’Église et des communautés religieuses ont coopéré, notamment par leur indifférence, à des projets de destruction culturelle et d’assimilation forcée promus par les gouvernements de l’époque, qui ont culminé dans le système des pensionnats », a-t-il dit.

Le Congrès des peuples autochtones (CAP) a publié une déclaration appelant à la poursuite de la réconciliation et à de nouveaux investissements dans la guérison autochtone.

« Il s’agit d’un premier pas important vers la réconciliation et la reconnaissance du traumatisme intergénérationnel que les pensionnats ont causé aux peuples autochtones de l’île de la Tortue », a déclaré le chef national du CAP, Elmer St. Pierre.

« Après des tentatives infructueuses et un manque de volonté, il est temps que l’Église catholique fasse les investissements nécessaires pour aider les individus et les communautés à guérir. »

Le communiqué ajoute que le CPA espère que ces excuses « historiques » encourageront les peuples autochtones à se réapproprier leurs riches cultures et traditions.

« La grande majorité des peuples autochtones vivent maintenant dans des zones urbaines, ce qui nécessite davantage de soutien et de programmes hors réserve et dans les villes du sud », indique le communiqué.

« Le CAP demande à l’Église catholique de faire les réparations nécessaires pour garantir que tous les peuples autochtones ont accès à des soutiens culturellement pertinents, peu importe où ils vivent. »

Cindy Blackstock, directrice exécutive de la First Nations Child and Family Caring Society, a répondu à la visite papale en disant que les excuses concernaient des « actions ».

« Vous montrez que vous êtes vraiment triste et que vous vous engagez à ne plus refaire les mêmes erreurs par vos actions. C’est sur quoi ces excuses devraient être jugées », a-t-il ajouté. elle a écrit sur Twitter.

Elle a souligné les actions nécessaires pour éliminer les abus physiques et sexuels des enfants dans le monde, l’acceptation de la responsabilité de l’église pour les personnes maltraitées ou décédées sous ses soins, les réparations et le soutien aux victimes.

« Le jour le plus important d’excuses est le lendemain et l’année d’après. Nous devons tous regarder ce que le pape fait alors », a déclaré Blackstock.


Dans un communiquéle premier ministre de l’Alberta, Jason Kenney, a déclaré que la politique gouvernementale des pensionnats, avec la participation des églises, « a créé des blessures profondes qui ne guérissent pas facilement ou rapidement ».

« Pourtant, nous avons vu à Maskwacis à la fois la résilience des peuples autochtones à préserver leur culture, ainsi que la bonne volonté des catholiques et des autres Canadiens à la fois pour la vérité et la réconciliation », a-t-il déclaré.

Lori Idlout, porte-parole pour les relations Couronne-Autochtones du Nouveau Parti démocratique fédéral, dit dans un communiqué que le rôle de l’Église catholique dans le « génocide » contre les peuples autochtones affecte toujours les familles et les communautés.

Idlout a ajouté : « Une action immédiate est nécessaire de toute urgence pour assurer la guérison des crimes commis contre les Inuits, les Premières Nations et les Métis, aux mains des églises.

« L’Église catholique et le gouvernement ont travaillé ensemble sur les préjudices et les crimes, et ils doivent travailler ensemble pour s’assurer que le préjudice causé aux peuples autochtones est traité de manière significative. Coopérer avec les enquêtes en cours et préparer tous les documents demandés par les survivants, la police et les gouvernements locaux disponibles est le minimum que l’Église et le gouvernement fédéral puissent faire pour les peuples autochtones », a déclaré Idlout.

« La visite du Pape est une opportunité de tracer une nouvelle voie vers la guérison – elle ne doit pas être symbolique. »

Le pape François s’est également excusé de ne pas pouvoir visiter d’autres communautés canadiennes qui l’ont invité, dont Winnipeg.

Cornell McLean, grand chef par intérim de l’Assemblée des chefs du Manitoba dit dans un communiqué que les excuses du pape sont un pas vers la guérison pour beaucoup.

« Cela fait plus d’un an depuis la découverte de plus d’un millier de tombes anonymes d’enfants sur les terrains des pensionnats indiens, et nous les pleurons toujours. Des excuses ne soulagent pas la douleur des enfants perdus qui ne sont jamais rentrés chez eux, ni l’héritage que les Premières Nations portent comme les survivants, leurs enfants et leurs petits-enfants », a-t-il déclaré.

« Cependant, nous encourageons l’Église à aller de l’avant dans un esprit de réconciliation en prenant des engagements concrets et de véritables réparations à l’avenir. »


Voici d’autres réactions aux excuses du pape François :

« Les paroles du pape François aujourd’hui et à Rome ce printemps représentent un voyage qui a duré plus de 180 ans — depuis l’ouverture des portes de ces soi-disant écoles jusqu’aux défis que vivent aujourd’hui les peuples des Premières Nations », a déclaré l’ancien chef de l’Assemblée des Premières Nations, Phil Fontaine, qui a fréquenté deux pensionnats du Manitoba, a déclaré dans un communiqué. « En s’excusant pour les abus du passé, le pape François a aidé à ouvrir la porte aux survivants et à leurs familles pour marcher avec l’église vers un présent et un avenir de pardon et de guérison. J’accepte et choisis cette voie. »

« Chaque survivant choisira ce qu’il pense des excuses. Nous avons été témoins de la réponse du pape à l’appel à l’action n° 58 de la Commission de vérité et réconciliation – et avons entendu un message d’espoir pour notre peuple, les Canadiens et les catholiques du monde entier : les cultures des Premières Nations. , les langues et les traditions comptent. Ce message nous guidera tous sur la voie de la réconciliation », a déclaré la chef régionale de l’APN, Cindy Woodhouse.

«Je crois qu’aujourd’hui a été un très bon deuxième départ, car je crois que cela a commencé il y a longtemps lorsque les dirigeants de l’époque, avant moi, ont demandé ces mêmes choses», a déclaré Audrey Poitras, présidente de la Metis Nation of Alberta.


Avec des fichiers de CTV News et de La Presse canadienne

——


Si vous êtes un ancien survivant des pensionnats indiens en détresse ou si vous avez été touché par le système des pensionnats indiens et avez besoin d’aide, vous pouvez contacter la ligne de crise des pensionnats indiens 24 heures sur 24 : 1-866-925-4419. Un soutien et des ressources supplémentaires en santé mentale pour les Autochtones sont disponibles ici.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page