News

Où sont passés tous les ouvriers ? Ne blâmez pas COVID, disent les économistes

Le Canada est en proie à une grave pénurie de main-d’œuvre, mais les économistes disent que ce n’est pas entièrement la faute de la pandémie – c’est le point culminant inévitable d’un changement démographique sismique qui se prépare depuis des décennies.

« C’est le train le plus lent de la planète. C’était prévisible il y a 60 à 65 ans, et nous n’avons rien fait à ce sujet », a déclaré Armine Yalnizyan, économiste et Atkinson Fellow sur l’avenir des travailleurs. « Nous savions que cette transition allait se produire. »

Les chiffres derrière tous ces signes de demande d’aide sont surprenants.

Selon Statistique Canada, le ratio chômeurs-postes vacants — une mesure clé comparant le nombre de Canadiens à la recherche d’un emploi au nombre d’emplois disponibles — se situe actuellement à un niveau historiquement bas dans chaque province. En fait, le ratio est nettement inférieur maintenant à ce qu’il était avant le début de la pandémie de COVID-19.

La raison n’est pas qu’il y a moins d’emplois qui s’ouvrent – ​​vous vous souvenez des signes d’aide recherchée ? C’est qu’il y a moins de travailleurs disponibles pour les combler. Et la raison de cela, disent les économistes, remonte au baby-boom d’après-guerre.

Où sont passés tous les ouvriers ? Ne blâmez pas COVID, disent les économistes
Des travailleurs de la construction préparent un formulaire au centre-ville de Toronto en mai. Selon Statistique Canada, leur industrie est l’une des plus durement touchées par la pénurie de main-d’œuvre actuelle. (Alex Lupul/CBC)

Pas assez de remplaçants

Alors que les personnes de 55 ans et plus quittent régulièrement la population active canadienne – un exode qui, selon certains économistes, a été accéléré par la pandémie, car de nombreux travailleurs âgés ont opté pour une retraite anticipée – il n’y a tout simplement pas assez de jeunes travailleurs pour les remplacer.

En fait, la participation au marché du travail chez les 25-54 ans a approché 88% en maien hausse de plus d’un point de pourcentage par rapport à février 2020, avant que la pandémie ne s’installe au Canada.

« C’est ce qui se passe lorsqu’un baby-boom commence enfin à sortir par la gauche de la scène et qu’il n’y a pas assez de personnes qui entrent par la droite de la scène », a déclaré Yalnizyan. « Nous avons en fait une part plus élevée de la population en âge de travailler qui travaille que jamais. »

Où sont passés tous les ouvriers ? Ne blâmez pas COVID, disent les économistes
Armine Yalnizyan est économiste et Atkinson Fellow sur l’avenir des travailleurs. (Christopher Katsarov/La Fondation Atkinson)

Cela contredit la théorie selon laquelle une sorte de «grande démission» parmi les Canadiens en âge de travailler, dont beaucoup ont profité du soutien du revenu en cas de pandémie, est à blâmer pour tous ces postes vacants, selon Ian Lee, professeur agrégé à la Sprott School of Entreprise.

« J’ai juste trouvé cela très suspect, car à moins d’être riche de manière indépendante … la plupart d’entre nous doivent avoir un revenu pour survivre », a déclaré Lee. « Cela n’avait tout simplement pas de sens. »

« Votre premier soupçon en tant qu’économiste du travail est, eh bien, est-ce que les gens ne font plus partie de la population active? » a déclaré Gordon Betcherman, professeur émérite à l’École de développement international et d’études mondiales de l’Université d’Ottawa. « Mais ce n’est pas le cas. C’est revenu aux niveaux que nous avions avant COVID. »

Un marché de salariés

Au lieu de cela, les économistes disent que les données indiquent l’émergence d’un marché d’employés où les travailleurs bénéficient d’un énorme effet de levier sur les employeurs.

« Il est indéniable que cette tendance dans laquelle nous nous trouvons où l’équilibre entre les demandeurs d’emploi et les offres d’emploi a définitivement changé », a déclaré Betcherman.

Selon Statistique Canada, cela a entraîné des pénuries de main-d’œuvre pratiquement sans précédent dans presque tous les secteurs d’emploi.

Il n’y a tout simplement pas assez de personnes prêtes à occuper des emplois mal rémunérés, au mieux marginaux.– Armine Yalnizyan, économiste

En particulier, les secteurs de la construction et de la fabrication peinent à recruter des travailleurs qualifiés, suivis de près par l’hébergement et la restauration, qui comprend l’hôtellerie, la restauration et les bars.

« Les gens trouvent d’autres endroits où travailler. Il n’y a tout simplement pas assez de gens prêts à faire des emplois mal rémunérés qui sont au mieux marginaux », a noté Yalnizyan.

« Les travailleurs ont beaucoup plus de choix maintenant », a convenu Lee. « Si vous avez plus de choix et que vous n’êtes pas obligé de travailler dans cette industrie, vous irez travailler dans une industrie où il y a un meilleur cheminement de carrière et où les salaires sont plus élevés et les heures sont plus prévisibles. »

Cela pourrait obliger les employeurs de certaines industries à augmenter les salaires, a déclaré Lee.

« Je ne dis pas que la demande pour ces emplois va disparaître. Ce n’est pas le cas », a-t-il déclaré. « Cela me suggère que nous allons assister à une inflation des salaires assez grave dans ces industries au cours des années à venir. »

Où sont passés tous les ouvriers ? Ne blâmez pas COVID, disent les économistes
Le secteur de la restauration a également du mal à attirer de nouvelles recrues, car beaucoup optent pour des emplois mieux rémunérés avec de meilleures conditions de travail. (Paige Parsons/CBC)

Les salaires devraient augmenter

Selon Yalnizyan, ce nouvel environnement concurrentiel signifie que les employeurs de certains secteurs devront augmenter les salaires s’ils espèrent retenir les travailleurs qualifiés.

« Nous perdons des personnes formées comme éducatrices de la petite enfance parce que nous ne les paierons pas plus que nous ne payons les toiletteurs. Pourquoi resteraient-ils s’ils peuvent trouver un meilleur emploi dans un autre secteur? »

Cela est confirmé par les données de Statistique Canada montrant que le salaire de réservation – le taux horaire minimum auquel les chercheurs d’emploi sont prêts à accepter un poste – dépasse le salaire actuellement offert dans presque tous les secteurs, alors que les travailleurs canadiens ont toujours été prêts à se contenter de moins.

Les économistes pensent qu’il existe d’autres résultats possibles, notamment l’augmentation de l’automatisation pour combler le vide laissé par la pénurie de main-d’œuvre. Certaines industries pourraient également faire venir plus de travailleurs étrangers temporaires pour aider à combler les lacunes au bas du marché du travail, ce qui pourrait atténuer les gains réalisés par les travailleurs domestiques.

Où sont passés tous les ouvriers ? Ne blâmez pas COVID, disent les économistes
Ian Lee est professeur agrégé à la Sprott School of Business de l’Université Carleton. (Radio-Canada)

Mais Yalnizyan a déclaré que la hausse des salaires pourrait aider à effacer certaines des inégalités causées par un marché du travail qui, depuis des années, rémunère bien certains travailleurs et mal les autres.

« Si nous améliorons réellement les salaires et les conditions de travail, en particulier au bas de l’échelle, nous pourrions créer les conditions pour créer une classe moyenne plus résiliente qui peut réellement se permettre d’acheter des choses. C’est ce qui nous manque depuis un bon moment maintenant. , » dit-elle.

« Le vieillissement de la population peut être notre ami, pas notre ennemi. Mais nous devons le traiter comme quelque chose de plus qu’une simple pénurie de main-d’œuvre pour les entreprises. Nous devons le traiter comme une occasion de faire de chaque emploi un bon emploi.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page