News

Ottawa admet que certains voyageurs ont été informés à tort de la mise en quarantaine en raison du problème de l’application ArriveCAN

Ottawa dit qu’en raison d’un problème avec l’application d’entrée ArriveCAN, certains voyageurs qui sont récemment entrés au Canada ont reçu des notifications erronées leur demandant de se mettre en quarantaine.

L’admission intervient à un moment où le gouvernement fédéral fait face à une pression croissante de la part des politiciens et des groupes touristiques pour supprimer l’outil de dépistage COVID-19, arguant qu’il entrave le tourisme et crée des maux de tête pour certains voyageurs.

L’application ArriveCAN a certainement causé des problèmes à Don et Karin Bennett de Burlington, en Ontario, après leur retour au Canada le 10 juillet après un voyage à Chicago.

Don Bennett a déclaré qu’il n’y avait aucun problème à la frontière terrestre, car ils avaient rempli l’application avec diligence et étaient entièrement vaccinés, ce qui les exemptait de quarantaine.

Cependant, six jours plus tard, Bennett a déclaré que Karin avait découvert plusieurs e-mails dans sa boîte aux lettres indésirable d’ArriveCAN avec des instructions de quarantaine.

« Elle était confuse », a-t-il dit. « C’est un peu sorti de nulle part. »

Ottawa admet que certains voyageurs ont été informés à tort de la mise en quarantaine en raison du problème de l'application ArriveCAN
Don et Karin Bennett de Burlington, en Ontario, disent qu’ils n’ont reçu aucun ordre de mise en quarantaine lors de leur retour au Canada après un voyage à Chicago. Cependant, six jours plus tard, Karin a découvert plusieurs e-mails dans sa boîte aux lettres indésirable avec des instructions de quarantaine. (Soumis par Don Bennett)

Bennett a déclaré alors qu’il pensait que le problème était un problème, Karin a décidé de commencer sa quarantaine, craignant l’amende possible pour les voyageurs qui enfreignent les règles.

« Il y a le langage menaçant des amendes de 5 000 $, plus l’envoi potentiel de la police chez vous », a-t-il déclaré.

Mais Bennett a déclaré que sa femme avait maintenant décidé de mettre fin à sa quarantaine, après avoir entendu de CBC News que le gouvernement avait admis avoir envoyé des informations de quarantaine incorrectes.

L’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) « a identifié un problème technique avec l’application qui … peut produire une notification erronée demandant aux gens de se mettre en quarantaine », a déclaré Audrey Champoux, attachée de presse du ministre de la Sécurité publique Marco Mendicino, dans un courriel.

Le problème semble être lié aux appareils Apple, et moins de trois pour cent des utilisateurs ont été touchés, a déclaré Champoux, ajoutant que l’ASFC a identifié une solution qui sera entièrement mise en œuvre d’ici la fin de la semaine.

Elle a déclaré que les voyageurs devraient se fier aux instructions qu’ils reçoivent à la frontière s’ils entrent en conflit avec les notifications ultérieures concernant une quarantaine de 14 jours.

Il est temps de supprimer l’application ?

L’admission du gouvernement faisait suite à une enquête de CBC News soulignant qu’il y avait des dizaines de plaintes sur les réseaux sociaux de voyageurs qui disaient être entrés au Canada sans problème et avaient ensuite reçu une alerte surprise concernant une quarantaine obligatoire.

Suite à son expérience, Bennett a déclaré qu’il pensait que l’application ArriveCAN devrait être supprimée.

« Si le gouvernement vous demande de faire quelque chose, assurez-vous que cela fonctionne, car si ce n’est pas le cas, c’est une question de confiance. »

REGARDER | Appels pour mettre fin à l’utilisation de l’application ArriveCAN :

Ottawa admet que certains voyageurs ont été informés à tort de la mise en quarantaine en raison du problème de l'application ArriveCAN

Appels pour mettre fin à l’utilisation de l’application ArriveCAN

Un couple montréalais mis en quarantaine pendant 14 jours fait partie des Canadiens frustrés par l’utilisation continue de l’application ArriveCAN. Certains politiciens disent qu’il est temps d’abandonner l’application car elle crée des tracas pour les voyageurs.

Le Canada a levé la plupart de ses restrictions de voyage pour les voyageurs entièrement vaccinés. Même ainsi, les personnes entrant dans le pays doivent toujours saisir leurs informations de voyage et de vaccination sur l’application ArriveCAN.

Les voyageurs qui ne le font pas pourraient faire face une quarantaine de 14 jours et même une amende de 5 000 $.

Depuis que l’application a été introduite en 2020, elle a suscité des plaintes selon lesquelles elle est lourde, présente des problèmes et crée des obstacles pour ceux qui ont des difficultés techniques.

Par conséquent, alors que les voyages commencent leur résurgence, de nombreuses personnes ayant des intérêts dans l’industrie du tourisme demandent au gouvernement de mettre fin à l’utilisation obligatoire de l’application.

« Pourquoi en avons-nous besoin? » a déclaré Beth Potter, présidente-directrice générale de l’Association de l’industrie touristique du Canada.

« Tout ce qui complique le processus de voyage, le voyage en ce moment a un impact négatif sur le retour des personnes qui voyagent à nouveau. »

Le gouvernement fédéral répond

L’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) a déclaré à CBC News que la pandémie n’est pas terminée et que l’application ArriveCAN est un outil nécessaire et efficace pour assurer la sécurité des Canadiens.

L’application « améliore les délais de traitement à la frontière, car elle réduit le temps nécessaire aux agents des services frontaliers pour interroger les voyageurs et saisir manuellement leurs informations de santé publique », a déclaré la porte-parole de l’ASPC, Tammy Jarbeau, dans un courriel.

Cependant, le syndicat représentant les agents de l’ASFC soutient que l’application peut entraîner une congestion, car les agents doivent passer du temps à aider les voyageurs en difficulté à la remplir.

« [Some] les gens ne savaient pas qu’il y avait une application, certaines personnes ont juste du mal à la remplir. Nous avons vu des gens qui n’ont pas la technologie pour le remplir », a déclaré Mark Weber, président national du Syndicat des douanes et de l’immigration.

Ottawa admet que certains voyageurs ont été informés à tort de la mise en quarantaine en raison du problème de l'application ArriveCAN
Blanche et Valerian Lewis de Mississauga, en Ontario, disent qu’ils n’ont pas rempli l’application ArriveCAN lors de leur retour au Canada en raison d’un problème technique. Trois jours plus tard, dit-elle, ils ont reçu un e-mail indiquant qu’ils étaient censés être en quarantaine – même si le couple est complètement vacciné. (Radio-Canada)

Blanche Lewis de Mississauga, en Ontario, a déclaré qu’avant qu’elle et son mari, Valerian, ne rentrent chez eux après un road trip au Michigan le 10 juillet, elle a essayé de remplir l’application plusieurs fois, mais en raison d’un problème technique, il ne fonctionnait tout simplement pas.

Lewis a déclaré qu’un agent des frontières avait laissé partir le couple avec seulement un avertissement et n’avait fait aucune mention d’une quarantaine de 14 jours.

Cependant, trois jours plus tard, ils ont reçu un e-mail indiquant qu’ils étaient censés être en quarantaine.

Lewis a déclaré qu’un agent d’application de la loi de l’ASPC a également confirmé par téléphone qu’ils devaient s’isoler – même si le couple est entièrement vacciné.

« Ce n’est rien d’autre qu’un cauchemar pour nous », a déclaré Lewis de chez elle, où elle et son mari sont désormais en quarantaine. « Nous sommes punis pour quelque chose qui était… hors de contrôle. »

Il n’est pas clair si les Lewis ont été touchés par le problème de message de l’application ArriveCAN, car l’ASPC a refusé de commenter leur cas.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page