News

Mémorial national de la guerre : Anand appelle à la « profanation » sur la tombe du soldat inconnu

Le gouvernement fédéral fait face à de nouveaux appels pour renforcer la sécurité au Monument commémoratif de guerre du Canada après la diffusion d’images montrant quelqu’un drapant des drapeaux sur la tombe du soldat inconnu.

Des images et des vidéos de l’événement, diffusées en direct en ligne dimanche soir et diffusées depuis sur les réseaux sociaux, montraient quelqu’un inclinant la tête devant la tombe, qui était recouverte des drapeaux américain et canadien.

La tombe contient les restes d’un soldat canadien non identifié tué sur la crête de Vimy pendant la Première Guerre mondiale et vise à symboliser les sacrifices de tous les Canadiens qui ont servi le pays en temps de guerre.

Alors qu’il n’était pas immédiatement clair quel message la personne qui a mis les drapeaux sur la tombe tentait de transmettre, la ministre de la Défense Anita Anand faisait partie de ceux qui les accusaient d’avoir profané le mémorial.

« Le droit de manifester est quelque chose pour lequel ceux qui sont honorés sur la tombe ont sacrifié leur vie », a écrit Anand lundi sur Twitter. « Cependant, la profanation de ce mémorial est inacceptable et honteuse. »

Le ministre des Anciens Combattants, Lawrence MacAulay, a également réprimandé les personnes impliquées, tweetant qu’il était « décevant de voir un comportement irrespectueux et déshonorant continu sur la tombe du soldat inconnu.

« Ce site sacré mérite notre plus grand respect, notre honneur et notre intégrité. »

Aucun des deux ministres n’a mentionné le renforcement de la sécurité sur le site, qui est devenu un pôle d’attraction ces derniers mois pour ceux qui protestent contre les restrictions liées à la COVID-19 et le gouvernement libéral.

Et ce malgré les appels répétés à de telles mesures depuis le début du « convoi de la liberté » l’hiver dernier, lorsqu’une vidéo est apparue d’une femme debout sur la tombe pendant les premiers jours de la manifestation. La femme a ensuite été interrogée par la police d’Ottawa, mais n’a pas été accusée.

Les autorités ont érigé des clôtures autour de la tombe et du mémorial après cet incident, mais elles ont ensuite été démolies par des manifestants, dont beaucoup se sont identifiés comme des vétérans et ont affirmé qu’ils récupéraient le site.

Le mémorial a été plus récemment le théâtre d’un grand rassemblement impliquant James Topp, un réserviste de l’armée accusé d’avoir dénoncé les exigences en matière de vaccins alors qu’il était en uniforme avant de diriger une marche de quatre mois de Vancouver vers le site.

La porte-parole de la Légion royale canadienne, Nujma Bond, a déclaré que l’incident de dimanche met en évidence le besoin de plus de sécurité au Mémorial national de guerre et à la tombe, ce que la Légion a demandé pour la première fois lors du « convoi de la liberté ».

« Cela semble malheureusement se produire avec plus de régularité », a déclaré Bond.

Youri Cormier, directeur exécutif de l’Institut de la Conférence des associations de la défense, un groupe de réflexion sur les questions de défense, a fait écho à l’évaluation de Bond sur l’attention croissante portée à la tombe pour les messages politiques.

« La tombe du soldat inconnu n’est pas un lieu de slogans et de désobéissance civile, c’est un lieu de prière, de gratitude et d’introspection », a-t-il déclaré.

« Placer un drapeau américain sur le cénotaphe canadien était une chose profondément insultante pour un touriste. Cela montrait un grand manque de jugement. … Nous avons vu beaucoup d’irrespect au cénotaphe émanant du ‘Freedom Convoy’ et ses partisans. »

Cormier a ajouté qu’un tel incident n’aurait pas été toléré sur la tombe du soldat inconnu aux États-Unis, qui est gardée 24 heures sur 24 par des militaires en service actif au cimetière national d’Arlington.

La sécurité du mémorial canadien et de la tombe est assurée par le Service de police d’Ottawa, avec les soldats canadiens sur place dans le cadre du programme annuel de sentinelle uniquement de nature cérémonielle.

Le ministère de la Défense nationale a renvoyé des questions sur l’incident de dimanche à la police d’Ottawa, qui n’a pas répondu aux demandes de commentaires lundi.

Services publics et Approvisionnement Canada a déclaré qu’il examinait sa propre vidéo de l’incident et qu’il ne lancerait pas d’enquête officielle, mais qu’il « travaillera en étroite collaboration avec les forces de l’ordre, au besoin ».

Interrogée sur la mise en place d’une plus grande sécurité, la porte-parole de PSPC, Stefanie Hamel, a déclaré que le mémorial et la tombe « sont surveillés 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Pour le moment, nous ne pouvons pas commenter les plans futurs pour une plus grande sécurité des monuments ».


Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 25 juillet 2022.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page