News

Les visites aux urgences à l’Hôpital de Montréal pour enfants atteignent un « niveau critique »

L’Hôpital de Montréal pour enfants a déclaré qu’il refusait certains patients et que les infirmières avaient écourté leurs vacances car la salle d’urgence s’est remplie ces derniers jours avec « un nombre significativement plus élevé d’enfants malades et gravement malades ».

L’hôpital fait face à une augmentation inhabituelle des visites aux urgences pour les enfants de tous âges qui ne sont généralement pas vus à la mi-juillet, et dit aux familles dont les enfants ont des conditions non urgentes de rechercher d’autres alternatives, telles que leurs médecins de famille, sans rendez-vous cliniques, ou d’appeler le gouvernement du Québec Info-Santé ligne.

« Nous devons protéger notre capacité à prendre soin des plus malades de nos enfants malades », a déclaré le Dr Robert Barnes, directeur associé des services professionnels de l’hôpital, à CTV News.

Barnes a déclaré que les urgences surpeuplées ne voient pas d’enfants se présenter avec COVID-19, bien que beaucoup finissent par être testés positifs lorsqu’ils sont examinés.

Les infections pédiatriques, les maladies gastro-intestinales ou les poussées de maladies chroniques font partie des conditions à l’origine de cette augmentation estivale des visites à l’hôpital. Dimanche, la Santé publique de Montréal a indiqué que le taux d’occupation des urgences de l’Hôpital pour enfants était de 192 %.

« Et c’est ce nombre qui a atteint un niveau critique que nous alertons le public que si vous n’avez pas de condition médicale grave, vous ne pouvez pas être vu aujourd’hui à l’urgence de l’Hôpital de Montréal pour enfants parce que nous concentrons toute notre attention sur le plus dans un état critique et gravement malade », a déclaré Barnes.

Les infirmières et autres travailleurs de la santé se mobilisent pour faire face à la demande accrue, et davantage de lits ont été rouverts récemment, mais Barnes a déclaré que ce n’était pas durable.

« Nos infirmières, nos professionnels et tous nos employés du Children sont allés au-delà des attentes, certains sortant de vacances, beaucoup venant en week-end [when] ce n’était pas un jour où ils devaient travailler, et ils répondent à l’appel pour nous fournir cette capacité supplémentaire par rapport à nos niveaux de service d’été habituels afin de prendre soin d’un si grand nombre de ces enfants », a déclaré Barnes.

Les visites aux urgences à l'Hôpital de Montréal pour enfants atteignent un « niveau critique »Dr Robert Barnes, directeur associé des services professionnels de l’Hôpital de Montréal pour enfants. (Joe Lofaro/CTV News)

Même dans ce cas, ce n’est toujours pas suffisant pour gérer la charge de travail, a-t-il déclaré, « et ce n’est pas quelque chose que nous pourrons suivre pendant très longtemps ».

SYSTÈME DE SANTÉ FRAGILE

L’urgence de l’HME n’est pas à l’abri de la pénurie générale de main-d’œuvre dans le système de santé du Québec, a reconnu Barnes, et que le fait de ramener les travailleurs de leur temps libre les épuise.

Le surpeuplement survient à un moment où les médecins s’inquiètent de la charge de travail intense dans les urgences de Montréal et où un nombre croissant de travailleurs de la santé dans l’ensemble sont en arrêt de travail en raison de la COVID-19. Vendredi, le ministère de la Santé a déclaré que 7 138 agents de santé étaient absents en raison de l’auto-isolement, de l’attente des résultats des tests PCR ou d’autres raisons liées au coronavirus.

Les visites aux urgences à l'Hôpital de Montréal pour enfants atteignent un « niveau critique »

Deux jeunes médecins qui quittent Montréal pour pratiquer à Toronto ont récemment déclaré à CTV News que les urgences sont « en sous-effectif chronique » et « stressées », et se sont plaints que leur charge de travail rend difficile la prise en charge de leurs propres enfants à la maison.

« J’adore Montréal. C’est la ville dans laquelle j’ai grandi, et la quitter à nouveau pour la deuxième fois, c’est décevant », a déclaré le Dr Philip Stasiak, qui part avec sa femme, la Dre Daria Denissova.

Le couple marié a déclaré que sa décision de partir était double: il blâmait le système de santé défaillant du Québec ainsi que les implications de la nouvelle loi linguistique controversée, le projet de loi 96.

L’urgence de l’hôpital de Lachine à Montréal et cinq autres urgences à travers le Québec ont été contraintes de fermer partiellement au cours de l’été en raison d’une pénurie de travailleurs. Les fermetures – la plupart du jour au lendemain – représentent une personne sur 20 dans toute la province dans ce que la province décrit comme une réduction temporaire du service.

« Les prochains mois pourraient être difficiles », a déclaré le ministre de la Santé, Christian Dubé, dans un communiqué publié fin juin. L’Ontario fait également face à une pénurie de personnel dans le secteur de la santé qui certains hôpitaux émettent des avertissements concernant la fermeture des salles d’urgence au cours des mois d’été.

Alors que le Québec a embauché 115 médecins pour Montréal, le médecin de famille Dr Mark Roper a récemment déclaré à CTV que 71 médecins prennent leur retraite à Montréal et 13 médecins de famille partiront pour d’autres régions, ce qui entraînera une perte nette de 84.

Selon lui, l’embauche de 115 postes au PREM n’est pas suffisante pour répondre aux conditions de travail et de prise en charge des patients.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page