News

Les meilleurs magiciens du monde se réunissent au Canada cette semaine

Lorsque Shane Cobalt avait huit ans, un parent l’a lancé par inadvertance dans un voyage de toute une vie.

« J’ai vu mon grand-père faire un tour de cartes lors d’une réunion de famille. Et ça m’a beaucoup trompé », dit Cobalt.

Il avait été victime de « l’effet ventouse », où tout le monde dans la pièce, sauf vous, sait comment un tour est fait.

« Personne dans ma famille ne voulait me dire comment cela fonctionnait, ce qui, si vous y réfléchissez, était assez foiré. »

Avance rapide jusqu’à aujourd’hui et Cobalt représente le Canada au Championnat du monde de magie de la Fédération Internationale des Sociétés Magiques (FISM) à Québec.

Cette semaine, des milliers de magiciens de plus de 50 pays participent à cette compétition unique en son genre, où 110 magiciens espèrent remporter le grand prix tant convoité ainsi que le titre de meilleur magicien du monde.

Les meilleurs magiciens du monde se réunissent au Canada cette semaine
Le magicien torontois Shane Cobalt représente le Canada au Championnat du monde de magie FISM qui aura lieu à Québec du 25 au 30 juillet. (Eli Glasner/CBC)

C’est la première fois que la compétition a lieu en dehors de l’Europe et de l’Asie, ce que le magicien canadien et gagnant du grand prix de magie 2009, Shawn Farquhar, dit être un moment émouvant.

« J’ai littéralement pleuré sur place », a déclaré Farquhar après avoir appris que Québec serait la ville hôte lors de la compétition de 2018 en Corée. « En tant que Canadien, mon cœur a gonflé 10 fois sa taille »

Organisé pour la première fois en 1948, le championnat a lieu tous les trois ans, bien que l’événement de cette année ait été retardé d’un an en raison de la pandémie de COVID-19.

En plus de la compétition, les magiciens échangeront des secrets, assisteront à des « jam sessions » et vendront même leurs illusions au plus offrant.

« Je suis très terrifié »

Deux Canadiens sont en compétition cette année, dont Yannick Lacroix du Québec et Cobalt, qui concourra dans la catégorie close-up card magic.

« Je suis très terrifié », a déclaré Cobalt à CBC News. Il s’est qualifié pour le championnat après avoir participé à une épreuve l’automne dernier pour la première fois.

Le magicien basé à Toronto dit qu’il y a plus de stress et d’excitation quand on pense au public.

« C’est littéralement tous les grands magiciens sur lesquels j’ai grandi en lisant … ou demandez[ed] pour un autographe qui va être là maintenant en train de me regarder faire cet acte. »

Il y a beaucoup en jeu pour les magiciens, selon l’illusionniste canadien Greg Frewin.

Les meilleurs magiciens du monde se réunissent au Canada cette semaine
Le magicien canadien Greg Frewin en 2022 aux Championnats du monde de magie FISM à Québec. Frewin a remporté la première place dans la catégorie magie générale aux championnats de 1994 à Yokohama, mais s’est vu refuser le grand prix parce que le Canada n’avait pas d’association de magiciens à l’époque. (Teghan Beaudette/CBC)

« Si vous vous classez ne serait-ce que dans les trois premiers de cette compétition, votre vie change », dit-il.

Frewin parle d’expérience ayant remporté la première place dans la catégorie magie générale aux championnats du monde de 1994 à Yokohama, au Japon. Il présente actuellement des spectacles au théâtre Greg Frewin à Niagara Falls, en Ontario, et forme la prochaine génération de magiciens. Un de ses élèves, Ding Yang de Chine, est également en compétition à la FISM.

« Je ne peux pas dévoiler ce qu’elle fait, mais je dirai ceci, il y a une partie de son numéro que personne, homme ou femme, n’a jamais fait et ne fera probablement pas avant longtemps à cause du niveau de compétence et l’ensemble de compétences en plus de la magie qu’il faut. »

Les meilleurs magiciens du monde se réunissent au Canada cette semaine
Le magicien Ding Yang lors d’une répétition lors des Championnats du monde de magie FISM 2022 à Québec. Yang s’est entraînée avec le magicien canadien Greg Frewin, qui dit qu’elle exécutera un tour qui n’a jamais été fait auparavant. (Eli Glasner/CBC)

Le succès du Canada en magie

Renée-Claude Auclair est présidente et co-organisatrice des championnats du monde FISM actuels, ainsi que présidente de l’Association canadienne des magiciens. Auclair espère que l’organisation de la compétition au Canada sensibilisera davantage à la magie à la maison.

« Je ne pense pas qu’en Amérique du Nord, ce soit aussi connu et reconnu… le niveau de la compétition ou son importance », dit-elle.

Auclair dans sa jeunesse était plongeuse, mais lorsqu’elle a commencé à s’impliquer dans le monde de la magie plus tard dans sa vie, elle a réalisé que les magiciens canadiens n’avaient pas le système de soutien qu’elle avait dans son autre carrière.

REGARDER | Shane Cobalt partage quelques supercheries :

Les meilleurs magiciens du monde se réunissent au Canada cette semaine

« C’est différent quand c’est si proche »

Le magicien torontois Shane Cobalt partage un tour avant de se rendre à Québec pour participer au Championnat du monde de magie FISM

« J’ai eu la chance d’avoir tous ces outils quand j’étais jeune et je n’ai pas vu le même type de parrainage ou de soutien », dit-elle.

Pour les magiciens canadiens reconnus, le changement peut se produire rapidement. Après avoir remporté le grand prix aux championnats de 2009 à Pékin, la carrière de Farquhar est passée à un autre niveau.

« Ellen DeGeneres m’a invité à participer à l’émission, c’était en quelque sorte la première chose, ce qui était un peu fou », a déclaré Farquhar. Il a fait les manchettes dans le monde entier, mais dit que c’était « un peu plus calme au Canada ».

Les meilleurs magiciens du monde se réunissent au Canada cette semaine
Shawn Farquhar, qui a remporté le grand prix FISM en 2009, pose aux championnats du monde à Québec. (Eli Glasner/CBC)

Organiser l’événement en sol canadien pourrait contribuer à rehausser le profil des magiciens canadiens.

« Plus nous parlons de magie et de soins, plus les magiciens se produisent et mieux nous devenons », explique Farquhar.

On en trouve la preuve dans les milliers de magiciens qui ne sont pas en compétition mais qui sont toujours à Québec pour la fin de semaine. L’un d’eux est Farhan Islam, qui s’appelle Brown Magic. Le magicien montréalais a grandi en pratiquant la magie au Bangladesh après avoir vu l’illusionniste américain David Blaine à la télévision.

Les meilleurs magiciens du monde se réunissent au Canada cette semaine
Farhan Islam, qui porte le nom de scène Brown Magic, est l’un des nombreux magiciens qui participent aux championnats FISM mais qui ne concourent pas. Le magicien montréalais espère représenter son Bangladesh natal à la prochaine compétition FISM. (Teghan Beaudette/CBC)

« J’ai trouvé un truc et j’ai commencé à le faire dans les rues du Bangladesh », dit-il.

Islam espère concourir pour le Bangladesh aux prochains championnats FISM et est à Québec pour vérifier le niveau de compétition. Il dit qu’il connaissait Frewin avant de venir au Canada et dit que Frewin et Farquhar sont des « superstars ».

« Ils sont très inspirants », dit-il. « Ce sont tous des rockstars »

La magie des temps modernes

Farquhar dit que les hauts-de-forme et les capes viennent à l’esprit des gens quand ils pensent à la magie, mais en réalité, à la base, la magie concerne autre chose.

« De nos jours, quand vous voyez de la magie, il ne s’agit pas de sortir des lapins de chapeaux. Il ne s’agit pas d’un haut-de-forme et d’une queue. Il s’agit vraiment de créer un sentiment d’émerveillement et de permettre aux gens de s’échapper », dit-il.

Ce sentiment d’émerveillement peut exister même entre magiciens. L’une des fonctions de Farquhar à Québec sera de donner des conférences à certains de ses pairs.

« Les magiciens ont rarement l’occasion de dire comment fonctionnent leurs secrets. Je vais les tromper et ensuite leur apprendre », dit-il.

Le désir de savoir pourquoi vous avez été trompé peut être un puissant facteur de motivation, quelque chose qui a favorisé le parcours de Cobalt vers les championnats du monde, qui a commencé lorsqu’il a été trompé par son grand-père.

« Il a planté une graine incroyable qui a fait pousser un arbre remarquable qui est devenu ma carrière. »

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page