News

Les délégués autochtones de la Colombie-Britannique espèrent des «excuses élargies» lors de la visite papale

AVERTISSEMENT : Cette histoire contient des détails affligeants.

Les représentants autochtones de la Colombie-Britannique qui se préparent à se rendre à Edmonton ce week-end pour la première étape du pape lors de sa visite papale au Canada disent qu’ils espèrent que l’itinéraire serré leur permettra toujours les conversations importantes qu’ils espèrent avoir.

Le pape François fera escale en Alberta, au Québec et au Nunavut du 24 au 29 juillet pour s’excuser en personne des torts causés aux peuples autochtones par des prêtres et des religieuses catholiques romains qui dirigeaient des pensionnats abusifs au Canada.

Deborah Page de la Première Nation Sai’kuz dit que sa mère et sa grand-mère étaient des survivantes des pensionnats et ont subi un traumatisme intergénérationnel pendant des années.

« Ma famille a subi beaucoup de pertes », a-t-elle déclaré à CBC News. « Toutes mes tantes sont mortes avant d’avoir 51 ans. Ma mère est morte quand elle avait 49 ans. Mon autre tante est morte quand elle avait 35 ans. Ma sœur s’est suicidée en 2008, puis ma petite nièce a été retrouvée dans un refuge pour femmes du centre-ville après avoir fait une overdose. . »

Elle s’est dite déçue des excuses du pape lorsque des délégations des Premières nations, des Inuits et des Métis se sont rendues au Vatican plus tôt cette année.

Un homme des Premières Nations portant un couvre-chef passe devant une image projetée d'un vieil immeuble de trois étages.
Le chef Vernon Saddleback passe devant une photo d’un pensionnat lors d’une conférence de presse pour annoncer une visite du pape François, à Maskwacis, en Alberta, le lundi 27 juin 2022. (Jason Franson/La Presse canadienne)

« J’ai été un peu déçu qu’il s’excuse pour ce que certains membres catholiques ont fait pour nuire à notre peuple, mais il ne s’est pas excusé pour l’église dans son ensemble », a déclaré Page.

La révérende Carmen Lansdowne, membre de la Première Nation Heitsulk et directrice exécutive de la First United Church de Vancouver, a déclaré que le voyage de ce week-end était trop court pour avoir des conversations approfondies avec le pape, mais espère que cela servira de catalyseur pour une réunion plus approfondie.

« C’est une visite si courte, et il n’y a aucun moyen de reproduire la quantité de témoignages et d’écoute approfondie qui est nécessaire », a-t-elle déclaré.

Elle dit qu’elle craint que le voyage ne se concentre sur les célébrations prévues de la messe et sur un temps limité et ne laisse pas assez de temps pour des conversations et des réunions significatives avec les survivants.

« Les peuples autochtones invitent le pape et lui demandent de venir au Canada pour écouter et vraiment comprendre pourquoi des excuses complètes, une restitution et une amende honorable sont nécessaires », a déclaré Landsdowne.

Dialogue important

Rosanne Casimir, la chef de Tk’emlúps te Secwépemc près de Kamloops, en Colombie-Britannique, dit qu’elle et d’autres délégués de la Première Nation se rendront à Edmonton ce week-end et espèrent entendre des excuses élargies du pape.

« Aller à Edmonton va être quelque chose que j’attends avec impatience », a-t-elle déclaré sur CBC Lever du jour Sud, « Nous avons eu l’occasion de vraiment partager avec lui les impacts des pensionnats et des excuses. »

Les délégués autochtones de la Colombie-Britannique espèrent des «excuses élargies» lors de la visite papale
Tḱemlúps te Secwépemc Kukpi7 (Chef) Rosanne Casimir dit qu’il faut plus de dialogue autour de l’augmentation des fonds pour les survivants des pensionnats et de la publication de documents historiques. (Darryl Dyck/La Presse canadienne)

Elle dit que davantage de conversations sont nécessaires avec le pape pour discuter de questions telles que la collecte de fonds pour les survivants des pensionnats, le partage d’artefacts et, plus important encore, la publication de tous les documents historiques liés aux pensionnats.

« Les excuses de notre dernière visite papale … ​​ne contenaient aucun acte de contrition ou ce que sera la rétribution sur le chemin de la réconciliation et de la guérison », a déclaré Casimir.

Landsdowne dit qu’elle espère que cette visite sera le début d’un dialogue plus approfondi avec l’Église catholique romaine.

« Même si ce voyage ne contient pas autant de dialogue que je le souhaiterais, j’espère que [the Pope’s] le cœur et l’esprit ont changé, et ce voyage lui inspire le désir de vraiment… faire amende honorable pour les peuples autochtones du Canada », a-t-elle déclaré.


Un soutien est disponible pour toute personne touchée par les effets persistants des pensionnats et ceux qui sont déclenchés par les derniers rapports. La Société des survivants des pensionnats indiens peut être contacté sans frais au 1-800-721-0066.

Une ligne de crise nationale pour les pensionnats indiens a été mise en place pour fournir un soutien aux anciens élèves et aux personnes touchées. Accédez à des services de référence émotionnelle et de crise en appelant la ligne de crise nationale 24 heures sur 24 : 1-866-925-4419.

En Colombie-Britannique, la KUU-US Crisis Line Society fournit une ligne de crise spécifique aux Premières Nations et aux Autochtones disponible 24 heures sur 24, sept jours sur sept. C’est sans frais et on peut le joindre au 1-800-588-8717 ou en ligne au kuu-uscrisisline.com.


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page