News

L’enquêteur sur les allégations d’agression sexuelle de Hockey Canada témoigne devant un comité

Un tiers enquêteur embauché par Hockey Canada pour enquêter sur une présumée agression sexuelle collective témoignera devant un comité de la Chambre des communes mardi pour la première fois.

Danielle Robitaille, associée du cabinet d’avocats Henein Hutchison LLP, répondra aux questions du comité permanent du patrimoine canadien sur l’enquête non concluante que le cabinet a menée sur une controverse qui a placé l’organisme national organisateur du hockey du Canada sous un examen public et politique sans précédent.

En mai 2022, Hockey Canada a réglé une poursuite de 3,55 millions de dollars intentée en avril par une femme qui allègue avoir été agressée sexuellement par huit anciens joueurs de la Ligue canadienne de hockey (LCH) à la suite d’un événement de la Fondation Hockey Canada à London, en Ontario. en juin 2018.

Les allégations n’ont pas été prouvées devant les tribunaux.

Dirigeants de Hockey Canada a déjà dit au comité que bien que les joueurs de l’équipe mondiale de hockey junior 2018 aient été encouragés à participer à l’enquête par un tiers, ils n’étaient pas tenus de le faire. Les dirigeants ont également déclaré que la grande majorité des joueurs n’avaient pas parlé aux enquêteurs et que l’enquête n’avait pas réussi à identifier les joueurs impliqués dans l’agression sexuelle en groupe présumée.

Hockey Canada a annoncé la semaine dernière qu’il ne plus utiliser un fonds alimenté par les cotisations des membres pour régler des poursuites pour agression sexuelle.

L’organisation annoncé lundi qu’il s’engagera à un certain nombre d’autres changements, y compris une formation améliorée axée sur la masculinité, le consentement et les comportements toxiques et un code de conduite universel pour prévenir et combattre les mauvais traitements dans le sport.

London, Ontario, police annoncé la semaine dernière qu’ils rouvriront leur enquête sur l’agression présumée. La police avait lancé une enquête criminelle en juin 2018 qui s’est terminée huit mois plus tard sans qu’aucune accusation ne soit portée.

La ministre des Sports Pascale St-Onge doit également comparaître à l’audience du comité.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page