News

Le pape François s’envole pour le Canada pour la réconciliation autochtone

EDMONTON –

George Arcand Jr. dit que ce fut une expérience humiliante d’accueillir le pape François au Canada alors que le grand chef du Traité 6 encourageait le chef de l’Église catholique romaine à suivre un chemin de guérison en parlant avec des survivants des pensionnats.

« J’ai demandé au pape de nous accompagner dans ce nouveau voyage », a déclaré Arcand Jr.

Francis est arrivé dimanche pour une chanson d’honneur au tambour avant une brève cérémonie de bienvenue dans un hangar de l’aéroport d’Edmonton.

Le groupe de tambours de la nation Alexis Nakota Sioux a chanté pendant que le pape était assis entre le premier ministre Justin Trudeau et la gouverneure générale Mary Simon. Le pontife a ensuite été accueilli par plusieurs dirigeants autochtones, religieux et politiques.

Arcand Jr. a donné au pape un médaillon de perles traditionnel alors qu’un traducteur se tenait derrière François, qui parle principalement l’espagnol, et lui chuchotait à l’oreille.

Le pape a remis à chaque invité une boîte rouge. La plupart contenaient une pièce commémorative. Certains membres du clergé ont reçu des chapelets à la place.

Francis a déclaré aux journalistes plus tôt dans l’avion que la visite de six jours, qui l’emmène également au Québec et au Nunavut, est un « voyage pénitentiel » visant à la réconciliation avec les peuples autochtones pour le rôle de l’église dans les pensionnats. Il a dit qu’il devait être manipulé avec précaution.

Un ascenseur a été utilisé pour faire descendre le pape de l’avion, et il a fait un court trajet en Fiat jusqu’au hangar.

Là, Francis a embrassé la main de la survivante des pensionnats Alma Desjarlais de la Première Nation de Frog Lake. Une autre survivante, Vicki Arcand, a déclaré que rencontrer Francis était une « expérience de toute une vie », mais elle a des émotions mitigées.

« Je pense que cette visite se fait attendre depuis longtemps », a-t-elle déclaré. « Peut-être que c’est quelque chose qui aurait dû se produire il y a de très nombreuses années. Peut-être que le début de la réconciliation aurait alors commencé. »

Le pape devait ensuite être escorté au séminaire St. Joseph d’Edmonton, où il séjournera pendant son séjour en Alberta.

Francis a fait le choix inhabituel de ne pas tenir la messe du dimanche parce que, selon les organisateurs, ses premières déclarations publiques sur le voyage doivent avoir lieu lundi à l’ancien pensionnat indien Ermineskin dans la communauté voisine de Maskwacis.

C’est là qu’il est censé présenter ses excuses aux peuples autochtones pour les abus qu’ils ont subis.

On estime que 150 000 enfants autochtones ont été forcés de fréquenter des pensionnats au Canada, où la négligence et les abus physiques et sexuels étaient endémiques. Plus de 60 % des écoles étaient gérées par l’Église catholique.

Le 1er avril, après des réunions de plusieurs jours avec des groupes des Premières Nations, des Inuits et des Métis au Vatican, François s’est excusé pour la conduite déplorable des membres de l’Église impliqués dans les pensionnats. Des délégués autochtones avaient dit au pape qu’ils voulaient des excuses en sol canadien.

La chef nationale de l’Assemblée des Premières Nations, RoseAnne Archibald, a déclaré qu’elle avait dit au pape dimanche qu’elle attendait avec impatience ses excuses, « pour avancer sur ce chemin de guérison ».

Archibald, dont la sœur est décédée dans un pensionnat en Ontario, a déclaré qu’elle craignait que les dirigeants des Premières Nations n’aient pas été suffisamment consultés avant la visite du pape. Elle a dit que son séjour au Canada devrait être axé sur les survivants des pensionnats.

L’école Ermineskin était l’une des plus grandes institutions au Canada. Les organisateurs de la visite ont déclaré s’attendre à ce qu’environ 15 000 personnes soient à Maskwacis pour voir le pontife de 85 ans.

Plus tard lundi, Francis doit rencontrer les paroissiens d’une église du centre-ville d’Edmonton. Une grande messe en plein air au stade de football de la ville est prévue mardi. Le pape se dirige ensuite vers le lac Ste. Anne de participer à un pèlerinage annuel.

Francis doit se rendre mercredi à Québec et prononcer un discours public à la suite de rencontres avec Trudeau et Simon. Le lendemain, une autre grande messe est prévue à Sainte-Anne-de-Beaupré.

La visite devrait se terminer vendredi à Iqaluit avant que François ne retourne au Vatican.

Les organisateurs ont déclaré qu’en raison de l’âge et des limitations physiques du pape, il participerait à des événements publics pendant environ une heure et utiliserait un fauteuil roulant tout au long de la tournée. Des milliers de personnes ont voyagé de différentes régions du pays pour participer aux événements.

Mabel Brown, une survivante des pensionnats de 77 ans, s’est rendue à Edmonton depuis Inuvik, dans les Territoires du Nord-Ouest, pour entendre le pape s’excuser. Elle espère que c’est l’occasion d’avancer dans le bon sens.

« C’est un moment très important de l’histoire », a-t-elle déclaré. « De meilleures choses sont encore à venir. »

Les dirigeants autochtones ont déclaré qu’ils craignaient que la visite ne rouvre de vieilles blessures. Arcand Jr. a demandé que davantage de soutiens en santé mentale soient mis en place.

« En ce moment, beaucoup de nos gens sont sceptiques et ils sont blessés », a-t-il déclaré.

« De mauvaises choses ont été faites à notre peuple … J’espère que demain, lorsque nous entendrons des excuses, nous aurons les outils et le soutien nécessaires pour aider à remettre les gens ensemble. »

Le Programme de soutien en santé pour la résolution des pensionnats indiens dispose d’une ligne d’assistance téléphonique pour aider les survivants des pensionnats indiens et leurs proches souffrant de traumatismes invoqués par le rappel d’abus passés. Le numéro est le 1-866-925-4419.


Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 24 juillet 2022.


Avec des fichiers de Daniela Germano à Edmonton et de Kelly Geraldine Malone à Winnipeg

___


Si vous êtes un ancien survivant des pensionnats indiens en détresse, ou si vous avez été touché par le système des pensionnats indiens et avez besoin d’aide, vous pouvez contacter la ligne de crise des pensionnats indiens 24 heures sur 24 : 1-866-925-4419


Un soutien et des ressources supplémentaires en santé mentale pour les Autochtones sont disponibles ici.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page