News

Le pape François présente ses excuses pour les abus commis dans les pensionnats

Le pape François a présenté des excuses publiques pour le rôle que l’Église catholique a joué dans le système des pensionnats du Canada, le qualifiant de « mal déplorable » à la suite de sa visite sur l’ancien site du pensionnat indien Ermineskin à Maskwacis, en Alberta.

S’adressant à une foule de membres de la communauté autochtone et de survivants des pensionnats indiens lundi sur les terrains de pow-wow de la communauté, il a dénoncé les «politiques coloniales d’assimilation et d’émancipation» et a exhorté les enquêtes officielles à suivre la première étape de ces excuses.

« Je suis ici parce que la première étape de mon pèlerinage pénitentiel parmi vous est celle de demander à nouveau pardon, de vous dire une fois de plus que je suis profondément désolé », a-t-il déclaré lundi dans ses excuses officielles. « Désolé pour la façon dont, malheureusement, de nombreux chrétiens ont soutenu la mentalité colonisatrice des pouvoirs qui ont opprimé les peuples autochtones. Je suis désolé. »

Certains dans la foule pleuraient, certains applaudissaient, tandis que d’autres fermaient les yeux en écoutant les paroles du pape. Une banderole a été brandie contenant les noms de certaines des personnes confirmées décédées dans le système des pensionnats.

« Je demande pardon, en particulier, pour la manière dont de nombreux membres de l’Église et des communautés religieuses ont coopéré, notamment par leur indifférence, à des projets de destruction culturelle et d’assimilation forcée promus par les gouvernements de l’époque, qui ont abouti à la système de pensionnats », a poursuivi le pape.

Les excuses ont été présentées en espagnol, la première langue du pape, et traduites en anglais par un prêtre, avec des traductions également fournies dans plusieurs langues autochtones.

« Je demande humblement pardon pour le mal commis par tant de chrétiens contre les peuples autochtones », a déclaré le pape.

Au cours de ses excuses, le pape a déclaré qu’il avait réfléchi aux réunions qu’il avait eues avec des délégations autochtones à Rome il y a quatre mois, lorsque des dirigeants autochtones et des survivants des pensionnats l’ont rencontré pour expliquer l’héritage préjudiciable des pensionnats.

« Je repense aux histoires que vous avez racontées : comment les politiques d’assimilation ont fini par marginaliser systématiquement les peuples autochtones ; comment également, à travers le système des pensionnats, vos langues et vos cultures ont été dénigrées et supprimées ; comment les enfants ont subi des abus physiques, verbaux, psychologiques et spirituels ; comment ils ont été enlevés de chez eux à un jeune âge et comment cela a affecté de manière indélébile les relations entre parents et enfants, grands-parents et petits-enfants », a-t-il déclaré.

« Je vous remercie de m’avoir fait apprécier cela, de m’avoir parlé des lourds fardeaux que vous portez encore, de partager avec moi ces souvenirs amers. »

Les excuses se sont conclues par le retour par le pape des mocassins pour enfants qui lui ont été remis lors de la réunion du Vatican en mars par Marie-Anne Day Walker-Pelletier, chef à la retraite de la Première nation Okanese en Saskatchewan.

Il a déclaré que les mocassins lui avaient servi au cours des quatre derniers mois pour rappeler son sentiment de « chagrin, d’indignation et de honte ».

« La mémoire de ces enfants est en effet douloureuse », a-t-il dit, ajoutant que ces mocassins sont le symbole du chemin qu’il aimerait emprunter avec les communautés.

Les pensionnats du Canada ont fonctionné du milieu des années 1880 jusqu’à la fin des années 1900, la dernière école ayant fermé en 1996. Environ 60 % des écoles étaient gérées par l’Église catholique.

Le pensionnat indien Ermineskin à Maskwacis était l’un des plus grands pensionnats du pays. Lundi, cinq tipis ont été installés dans la zone de l’ancienne école, quatre représentant les nations du pays et le cinquième symbolisant l’entrée du bâtiment.

Avant ses excuses, le pape avait été emmené dans un cimetière à Maskwacis, où les organisateurs disent qu’il y a probablement des restes d’élèves des pensionnats parmi ceux qui y sont enterrés. Assis dans son fauteuil roulant parmi les tombes, il porta ses mains à son visage et pria.

Dans le cadre des événements de la journée, le pape a également reçu une coiffe à porter par le chef Wilton Littlechild après la cérémonie de signature et de tambour. Littlechild, un ancien membre de la Commission de vérité et réconciliation (CVR), avait passé 14 ans dans des pensionnats lorsqu’il était enfant.

Les excuses du pape surviennent plus de sept ans après que la CVR a publié ses appels à l’action. Le 58e appel à l’action de la commission demandait au pape de présenter des excuses en sol canadien pour le rôle de l’Église catholique dans le système des pensionnats.

La pression exercée sur le pape pour qu’il vienne au Canada et présente des excuses s’est intensifiée après la découverte de tombes anonymes dans un ancien pensionnat à Kamloops, en Colombie-Britannique, l’année dernière, qui a été suivie de découvertes similaires dans de nombreux autres sites d’anciens pensionnats à travers le pays.

Seule une fraction des écoles a été fouillée – environ 150 000 enfants auraient fréquenté les écoles au total, la plupart de force, et la TRC a prévu qu’environ 4 100 à 6 000 enfants sont morts.

Sur les 139 écoles du système, plus de la moitié étaient gérées par l’Église catholique

Le pape François a déclaré que sa visite ne le conduirait pas dans toutes les communautés auxquelles il avait été invité, mais a reconnu la douleur ressentie dans toutes les communautés autochtones du Canada.

« Sachez que je suis conscient des souffrances et des traumatismes, des difficultés et des défis vécus par les peuples autochtones dans toutes les régions de ce pays. Les paroles que je prononce tout au long de ce cheminement pénitentiel s’adressent à chaque communauté autochtone et à chaque personne. Je vous embrasse tous avec affection », a-t-il déclaré.

Le pape François a cité l’écrivain et survivant de l’Holocauste Elie Wiesel en abordant le bilan émotionnel ressenti par de nombreux membres de la communauté et survivants ; soulignant l’importance pour les non-Autochtones d’apprendre et de se souvenir de la sombre histoire du Canada afin de ne pas y devenir indifférents.

« Pourtant, il est juste de s’en souvenir, car l’oubli mène à l’indifférence et, comme on l’a dit, ‘le contraire de l’amour n’est pas la haine, c’est l’indifférence… et le contraire de la vie n’est pas la mort, c’est l’indifférence' », a-t-il déclaré.

Le pape François a également demandé que des enquêtes formelles soient menées sur ce qui s’est passé dans ces pensionnats, car les excuses ne symbolisent que la première étape du processus de réconciliation.

« Une partie importante de ce processus consistera à mener une enquête sérieuse sur les faits de ce qui s’est passé dans le passé et à aider les survivants des pensionnats à vivre une expérience de guérison des traumatismes qu’ils ont subis », a-t-il déclaré.


Avec des fichiers de la Presse canadienne

___


Si vous êtes un ancien survivant des pensionnats indiens en détresse, ou si vous avez été touché par le système des pensionnats indiens et avez besoin d’aide, vous pouvez contacter la ligne de crise des pensionnats indiens 24 heures sur 24 : 1-866-925-4419


Un soutien et des ressources supplémentaires en santé mentale pour les Autochtones sont disponibles ici.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page