News

Le ministre russe des Affaires étrangères déclare que les objectifs du pays en Ukraine vont désormais au-delà du Donbass

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré mercredi que les objectifs géographiques de « l’opération militaire spéciale » de Moscou en Ukraine ne se limitaient plus à la région orientale du Donbass mais incluaient un certain nombre d’autres territoires, a rapporté l’agence de presse russe RIA Novosti.

Lavrov a également déclaré que les objectifs de la Russie s’étendraient encore plus si l’Occident livrait des armes à longue portée à Kyiv, a indiqué l’agence.

Lorsque la Russie a envahi l’Ukraine le 24 février, le président Vladimir Poutine a nié toute intention d’occuper les territoires ukrainiens, affirmant que son objectif était de démilitariser et de « dé-nazifier » le pays – une déclaration rejetée par Kyiv et l’Occident comme prétexte à une invasion impériale. style guerre d’expansion.

Après avoir été repoussé lors d’une première tentative de prise de la capitale Kyiv, le ministère russe de la Défense a déclaré le 25 mars que la première phase de l’opération spéciale était terminée et qu’elle se concentrerait désormais sur « la réalisation de l’objectif principal, la libération du Donbass ».

Près de quatre mois plus tard, elle a pris Louhansk, l’une des deux régions qui composent le Donbass, mais reste loin de capturer toute l’autre, Donetsk.

Cependant, ses forces ont déjà saisi des territoires bien au-delà du Donbass, en particulier dans les régions du sud de Zaporizhzhia et de Kherson, et continuent de lancer des frappes de missiles sur des villes à travers l’Ukraine.

REGARDER | Poutine rencontre les dirigeants de l’Iran et de la Turquie à Téhéran :

Le ministre russe des Affaires étrangères déclare que les objectifs du pays en Ukraine vont désormais au-delà du Donbass

Poutine rencontre les dirigeants de l’Iran et de la Turquie pour montrer que la Russie a des alliés

Le président russe Vladimir Poutine s’est rendu cette semaine à Téhéran pour rencontrer les dirigeants iranien et turc. Certains analystes politiques suggèrent que la visite visait à montrer au monde que la Russie n’est pas isolée.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page