News

Le gouvernement fédéral va auditer les mesures de sécurité de CP Rail après qu’une enquête a révélé des problèmes ferroviaires «normalisés»

Le gouvernement fédéral dit qu’il vérifiera les pratiques de sécurité et le régime de formation de CP Rail, après qu’un rapport du Bureau de la sécurité des transports a révélé que l’entreprise avait «normalisé» un problème persistant de freinage des trains pendant les mois d’hiver, avant un déraillement près de Field, en Colombie-Britannique, qui tué trois membres d’équipage en février 2019.

Andrew Dockrell, Dylan Paradis et Daniel Waldenberger-Bulmer de Calgary ont été tués lorsque les freins à air de leur train ont échoué à des températures de refroidissement éolien de -30 degrés le 4 février 2019. Cela a provoqué la fuite de leur train de céréales CP chargé vers le bas d’une montagne, faisant dérailler 99 wagons et débarquer une locomotive dans la rivière Kicking Horse.

De multiples facteurs, dont une formation et une expérience insuffisantes, ainsi que les limites des méthodologies d’essai des freins à air, ont contribué au déraillement, selon le rapport du BST.

D’après les recommandations du BST, Transports Canada (TC) a déclaré qu’il :

  • Superviser les comités de santé et de sécurité au travail de CP Rail.
  • Travailler avec l’industrie ferroviaire pour élaborer des règles améliorées concernant l’inspection et l’entretien des freins à air.
  • Exiger que les compagnies ferroviaires élaborent des plans d’exploitation hivernale pour leur équipement.
  • Lancer un groupe de travail pour explorer l’installation de freins de stationnement automatiques sur les wagons de marchandises.

« Notre gouvernement continuera d’apporter des améliorations pour s’assurer que le Canada demeure un chef de file mondial en matière de sécurité ferroviaire », a déclaré le ministre des Transports, Omar Alghabra, dans un communiqué.

Les mesures ne vont pas assez loin, selon l’avocat des familles

Avocat Tavengwa Runyowaqui représente la famille d’Andrew Dockrell et la mère de Dylan Paradis, a critiqué l’annonce du gouvernement comme une « façade ».

« Ce que font le ministre des Transports et le Premier ministre, c’est simplement tailler une mauvaise herbe pour la rendre plus belle, sans régler le problème fondamental d’un système où nous avons déréglementé l’industrie ferroviaire et permis aux compagnies de chemin de fer d’avoir leurs propres forces de police, », a déclaré Runyowa, dont les clients veulent la fin de la police ferroviaire au Canada.

L’expert en sécurité ferroviaire Ian Naish estime que les nouvelles mesures sont une bonne étape, mais a déclaré qu’il reste à voir si elles auront un impact important.

«Parfois, vous obtenez ces très bonnes recommandations et ces arrêtés ministériels, et ce qui sort de la machine à saucisses à la fin est parfois un peu plus dilué que vous ne le souhaiteriez», a déclaré Naish, consultant en sécurité ferroviaire et ancien directeur du BST. enquêtes sur les accidents ferroviaires.

En réponse à une demande de commentaires de CBC Calgary, CP Rail a réitéré qu’il avait de « sérieuses inquiétudes » concernant les inexactitudes et les inexactitudes présumées dans le rapport d’enquête du BST.

« Il est essentiel que les actions réglementaires de TC soient toujours basées sur des faits et des preuves », indique le communiqué.

Pour sa part, le BST a déclaré qu’il s’en tenait à son rapport et qu’il examinait la réponse du gouvernement fédéral à ses recommandations.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page