News

Le crédit d’impôt américain pour les véhicules électriques pourrait être élargi pour inclure les véhicules électriques assemblés au Canada

La crise existentielle à laquelle est confrontée l’industrie automobile canadienne est peut-être enfin terminée.

Les sénateurs démocrates américains Chuck Schumer et le sénateur Joe Manchin ont convenu de proposer de supprimer un plan de crédit d’impôt qui favorisait les véhicules électriques fabriqués aux États-Unis.

Au lieu de cela, le chef de la majorité au Sénat et le modéré de Virginie-Occidentale proposent un amendement au projet de loi sur le climat et la santé du président américain Joe Biden qui élargirait les crédits pour inclure toute l’Amérique du Nord.

L’amendement comprend une extension du crédit à la consommation de 7 500 $ US qui était auparavant limité aux «véhicules propres» fabriqués aux États-Unis, qui comprennent les batteries électriques, les hybrides rechargeables et les piles à combustible à hydrogène.

Il existe également un nouveau crédit de 4 500 $ pour les véhicules électriques d’occasion et un nouveau crédit d’impôt à l’investissement de 10 milliards de dollars pour la construction d’installations de fabrication de technologies propres, selon un résumé du bureau de Schumer.

Pour être éligible aux crédits, l’amendement exigerait également que les batteries des véhicules contiennent un certain pourcentage de matériaux provenant de partenaires de libre-échange américains et que le prix de détail soit plafonné à 55 000 dollars pour les voitures neuves et à 80 000 dollars pour les camionnettes, les VUS et les fourgonnettes.

La ministre canadienne du Commerce international, Mary Ng, a salué le changement.

« C’est une bonne nouvelle pour les travailleurs canadiens, les emplois et notre industrie manufacturière », a-t-elle déclaré dans un communiqué.

Le crédit d'impôt américain pour les véhicules électriques pourrait être élargi pour inclure les véhicules électriques assemblés au Canada
« C’est une bonne nouvelle pour les travailleurs canadiens, les emplois et notre industrie manufacturière », a déclaré Mary Ng, ministre responsable du Développement économique, du Commerce international et de la Promotion des petites entreprises et des exportations. (Adrian Wyld/La Presse canadienne)

« Alors que le projet de loi progresse au Congrès, nous continuerons de défendre l’importance de maintenir ces chaînes d’approvisionnement intégrées et de créer un avenir plus vert et plus prospère pour l’Amérique du Nord. »

Pour avoir droit au crédit, les consommateurs ne doivent pas gagner plus de 150 000 $ s’ils demandent le crédit d’impôt individuellement ou 300 000 $ pour les déclarants conjoints. Pour les voitures d’occasion, la limite d’admissibilité est de 75 000 $ et 150 000 $, respectivement.

Vote du Sénat attendu la semaine prochaine

Cette décision devait plaire aux constructeurs automobiles tels que General Motors, Tesla et Toyota, qui ont étendu leur fabrication de véhicules électriques et ont critiqué le projet de loi Buy American lorsqu’il a été proposé pour la première fois l’année dernière.

En vertu de l’amendement, le crédit ne sera plus limité aux fabricants ayant des ventes de 200 000 véhicules électriques ou moins.

La loi est encore loin d’être votée. Schumer a déclaré que le Sénat américain devait voter sur le projet de loi la semaine prochaine, et qu’il irait ensuite à la Chambre des représentants contrôlée par les démocrates.

Cela ne manquera pas d’exaspérer les républicains du Sénat, qui hésiteront à donner aux démocrates une victoire législative avec les élections de mi-mandat qui se profilent en novembre.

Manchin est un vote crucial au Sénat également divisé, mais le projet de loi aura encore besoin de 60 voix pour éviter les tactiques d’obstruction républicaine.

Le projet de loi comprend également 2 milliards de dollars en subventions en espèces pour rééquiper les installations de fabrication automobile existantes « pour fabriquer des véhicules propres, garantissant que les emplois de fabrication automobile restent dans les communautés qui en dépendent ».

S’il devient loi, il fournira en outre jusqu’à 20 milliards de dollars de prêts pour construire de nouvelles installations de fabrication de véhicules propres et 30 milliards de dollars pour des crédits d’impôt supplémentaires à la production « afin d’accélérer la fabrication américaine de panneaux solaires, d’éoliennes, de batteries et de traitement des minéraux critiques ».

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page