News

La vaccination contre la COVID-19 n’est plus requise pour les services de santé de l’Alberta pour les nouvelles recrues et les étudiants

Alberta Health Services annonce qu’il annule sa politique de vaccination contre la COVID-19 pour ses travailleurs.

L’agence indique que tous les travailleurs, y compris les nouveaux employés et les étudiants, ne seront plus tenus d’avoir au moins deux doses de vaccin. AHS avait précédemment levé son mandat pour le personnel, mais a maintenu une politique exigeant la vaccination pour les nouvelles recrues.

Il indique que les vaccins continuent de fournir une forte protection contre les effets graves du COVID-19, mais il existe de nouvelles preuves que les vaccins sont devenus moins protecteurs contre l’infection.

AHS indique que les vaccins COVID-19 disponibles à ce jour ciblent la souche originale du virus.

Il indique que les preuves montrent que la vaccination sans rappel a une efficacité limitée pour réduire la transmission des variantes d’Omicron actuellement en circulation.

Lorsqu’on lui a demandé pourquoi AHS n’avait pas choisi de modifier la définition de « entièrement vacciné » et d’exiger toutes les doses de rappel disponibles, Kerry Williamson, directrice exécutive de la gestion des problèmes chez AHS, a déclaré dans un e-mail que l’agence avait besoin de preuves plus solides sur l’efficacité de des doses de rappel avec des sous-variants d’Omicron hautement infectieux circulant.

Williamson a déclaré qu’AHS « ne pensait pas qu’il y avait suffisamment de preuves scientifiques pour démontrer une transmission réduite avec une seule dose de rappel ».

L’agence affirme que son personnel continue d’être tenu de rester à la maison en cas de maladie, de porter l’équipement de protection individuelle requis et de pratiquer l’hygiène des mains.

« La politique de vaccination a été mise en œuvre pour protéger les patients, les travailleurs de la santé et le public à un moment de la pandémie où la vaccination requise par la politique était encore efficace pour prévenir la transmission et où elle était le plus nécessaire pour aider à contenir la propagation du COVID- 19 », a déclaré Mauro Chies, président et chef de la direction par intérim d’AHS, dans un communiqué lundi.

« Les politiques et les procédures ont dû évoluer constamment pendant la pandémie pour refléter les changements importants dans le virus lui-même et la base de preuves en constante évolution alors que nous continuons à protéger nos personnes et nos patients. »

AHS dit qu’il continuera de surveiller les preuves scientifiques pour évaluer la nécessité de mesures supplémentaires.

Dans un communiqué de presse, le porte-parole du NPD de l’Alberta en matière de santé, David Shepherd, a déclaré que la décision d’abandonner le vaccin n’avait aucun sens.

« Quiconque est soigné dans un établissement de santé devrait avoir l’assurance que le personnel est vacciné contre le COVID-19, parmi de nombreuses autres maladies », a-t-il déclaré. « Il est absurde que la protection contre la COVID-19 soit retirée de la liste des vaccins requis pour le nouveau personnel de l’AHS. Ce virus a tué plus de 4 600 Albertains, et les patients dans les hôpitaux et les établissements de soins de longue durée sont les plus à risque.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page