News

La Russie dit à la NASA qu’elle restera avec la Station spatiale internationale jusqu’en 2028 au moins

Les responsables russes de l’espace ont déclaré à leurs homologues américains que Moscou prévoyait de rester sur la Station spatiale internationale (ISS) au moins jusqu’à ce que leur propre avant-poste en orbite soit construit en 2028, a déclaré à Reuters le chef des opérations spatiales de la NASA.

L’assurance de mardi de la Russie est intervenue après que le nouveau chef de son agence spatiale, Roscosmos, a surpris la NASA plus tôt dans la journée en annonçant que Moscou avait l’intention de mettre fin à plus de deux décennies de partenariat sur la station spatiale « après 2024 ».

« Nous n’obtenons aucune indication à aucun niveau de travail que quelque chose a changé », a déclaré mercredi à Reuters Kathy Lueders, chef des opérations spatiales de la NASA, ajoutant que les relations de l’agence spatiale américaine avec Roscosmos restaient « comme d’habitude ».

Tout partenaire de l’ISS doit donner un an à l’avance qu’il se retire de l’accord international.

Le programme spatial russe a une longue et riche histoire. En tant qu’Union soviétique, elle a lancé le premier satellite, Spoutnik, en 1957 ; a lancé le premier humain dans l’espace, Youri Gagarine en 1961 ; a lancé la première femme dans l’espace, Valentina Terechkova, en 1963 ; et tous deux ont effectué la première sortie dans l’espace et construit la première station spatiale. Leurs fusées Soyouz, qui emmènent leurs cosmonautes vers l’ISS, sont des bêtes de somme conçues à partir de la fin de la guerre froide.

Cependant, depuis la chute de l’Union soviétique, Roscosmos a dû faire face à de nombreux défis, tant financiers que politiques. Plus récemment, il a été accusé de corruption.

Au fil des ans, Dmitri Rogozine, alors chef de Roscosmos, a proféré des menaces et des suggestions farfelues à la NASA. Lorsque la guerre en Ukraine a commencé, il a menacé d’abandonner les astronautes américains à bord de l’ISS — complété par une vidéo – est entré dans un échange houleux sur Twitter avec l’ancien astronaute de la NASA Scott Kelly, et a dit à la NASA qu’il devrait utiliser des balais pour se rendre à la station.

La Russie s’est également davantage concentrée sur les utilisations militaires de l’espace et a effectué en novembre dernier un test anti-satellite qui a produit plus de 1 500 débris traçables. L’acte a été largement condamné par la communauté spatiale et d’autres pays.

Les Russes continuent de travailler et de vivre à bord de l’ISS et, en septembre, la cosmonaute Anna Kikina volera à bord d’une fusée SpaceX en tant que spécialiste de mission en direction de la station.

La NASA prévoit de continuer à utiliser l’ISS jusqu’en 2030 au moins.

REGARDER | Un test de missile russe ébranle les nerfs de l’ISS :

La Russie dit à la NASA qu'elle restera avec la Station spatiale internationale jusqu'en 2028 au moins

La Russie accusée d’avoir mis en danger des astronautes avec un test de missile spatial

La Russie est accusée d’avoir mis en danger les astronautes de la Station spatiale internationale en effectuant un test de missile et en faisant exploser son propre satellite, ce qui a créé suffisamment de débris pour forcer les astronautes à se cacher dans des nacelles de sécurité.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page