News

La Cour suprême s’apprête à statuer sur l’utilisation et le consentement du préservatif

Le plus haut tribunal du Canada devrait rendre une décision vendredi dans le cas d’un homme de la Colombie-Britannique accusé d’avoir ignoré la demande d’une femme de porter un préservatif pendant les rapports sexuels – une décision qui pourrait créer un précédent juridique important sur le consentement et les agressions sexuelles.

Les juges de la Cour suprême doivent définir « l’activité sexuelle » et décider si les rapports sexuels avec préservatif sont un type d’activité sexuelle distinct en droit des rapports sexuels sans préservatif.

Ross McKenzie Kirkpatrick a rencontré le plaignant en ligne en 2017 (le nom du plaignant est protégé par une interdiction de publication). Les deux ont eu des relations sexuelles deux fois en une nuit. La plaignante a déclaré avoir insisté au préalable pour que Kirkpatrick porte un préservatif.

Kirkpatrick a porté un préservatif la première fois qu’ils ont eu des relations sexuelles, mais pas la deuxième fois. La plaignante a témoigné qu’elle pensait que Kirkpatrick s’était procuré un autre condom lorsqu’il s’est brièvement tourné vers la table de chevet.

La plaignante a témoigné qu’elle n’avait pas consenti à des rapports sexuels sans condom.

La police a accusé Kirkpatrick d’agression sexuelle, mais un juge de la Colombie-Britannique l’a acquitté. Le juge a déclaré qu’il n’y avait aucune preuve que le plaignant n’avait pas consenti et aucune preuve que Kirkpatrick avait agi frauduleusement.

En 2020, la Cour d’appel de la Colombie-Britannique a ordonné à l’unanimité un nouveau procès — mais les juges ont donné des motifs différents pour leurs décisions.

Deux des juges ont déclaré que les rapports sexuels avec préservatif sont juridiquement distincts des rapports sexuels sans préservatif, et que la plaignante n’avait pas consenti à ce dernier. Un troisième juge a déclaré que Kirkpatrick avait fraudé la plaignante en ne lui disant pas qu’il ne portait pas de préservatif.

Kirkpatrick a fait appel devant la Cour suprême, arguant que la décision de la cour d’appel devait être annulée.

Les juges reviennent sur la décision de 2014

Lors de l’audience de novembre 2021 devant la Cour suprême, les deux parties à l’affaire Kirkpatrick ont ​​cité une décision de la Cour suprême de 2014 — R. c. Hutchinson.

Dans cette affaire, une femme a consenti à avoir des relations sexuelles avec Craig Jaret Hutchinson mais, à son insu, Hutchinson a percé des trous dans le préservatif qu’il utilisait. La femme est tombée enceinte.

Les juges de la Cour suprême ont confirmé la condamnation de Hutchinson. La majorité a écrit que son sabotage du préservatif constituait une fraude et que le consentement de la femme avait été annulé par cette tromperie.

Mais la majorité a déclaré dans sa décision que le terme « activité sexuelle en question » se réfère au rapport sexuel lui-même – et ne précise pas si un préservatif est utilisé.

La Cour suprême s'apprête à statuer sur l'utilisation et le consentement du préservatif
La Cour suprême du Canada à Ottawa le jeudi 17 juin 2021. Le tribunal rendra une décision sur l’utilisation du préservatif qui, selon un observateur, pourrait clarifier une zone grise juridique. (Justin Tang/La Presse canadienne)

Le tribunal a déclaré qu’il craignait que l’élargissement de la définition de l’activité sexuelle pour inclure l’utilisation du préservatif puisse « entraîner la criminalisation d’actes qui ne devraient pas attirer la main lourde du droit pénal » – comme l’utilisation de préservatifs périmés ou d’une marque particulière de préservatifs.

Le retrait non consensuel des préservatifs pendant les rapports sexuels est souvent qualifié de « furtif ».

Lise Gotell, professeure au département d’études sur le genre et les femmes de l’Université de l’Alberta, a déclaré qu’il était important de comprendre la différence entre les cas Hutchinson et Kirkpatrick.

« [Kirkpatrick] est un cas de refus de préservatif. Ce n’est pas de la tromperie », a déclaré Gotell à CBC News.

Elle a déclaré que la décision du tribunal pourrait clarifier une zone grise juridique.

« La loi est actuellement assez incertaine au Canada, surtout lorsqu’il s’agit de circonstances où le préservatif n’est pas retiré de manière trompeuse, où il y a juste un refus de porter un préservatif », a déclaré Gotell.

Le tribunal devrait rendre sa décision à 9 h 45 HAE.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page