News

La chef de l’AFN a dit qu’elle ne parlerait pas aux excuses papales

Lorsque le pape François se rendra lundi à Maskwacis en Alberta pour présenter des excuses anticipées pour le rôle de l’Église catholique dans le système des pensionnats du Canada, le chef national de l’Assemblée des Premières Nations (APN) sera dans l’audience avec des survivants des pensionnats, mais ne présenter sur scène.

La chef RoseAnne Archibald, s’adressant aux médias dimanche, a déclaré qu’on venait tout juste de lui dire ce jour-là qu’elle ne parlerait pas officiellement à Maskwacis, bien qu’elle ait prévu d’aider à accueillir le pape.

Cela signifie qu’il n’y a pas de femmes occupant des postes de direction impliquées dans cet événement, a-t-elle déclaré, qu’elle a qualifié de « dérangeant » à la lumière de sa demande de faire partie de la procédure officielle.

« Il y a eu beaucoup de difficultés avec ce voyage en particulier, et l’une d’entre elles est qu’il n’y a aucune voix de leadership féminine dans tout ce processus d’Edmonton », a-t-elle déclaré. « Nous avions demandé en tant que chef national qu’on me donnerait une minute ou deux pour accueillir le pape à Maskwacis et faire partie de cet accueil officiel sur ce territoire avec le chef et les grands chefs, et l’archevêque m’a dit aujourd’hui Smith que cela n’allait tout simplement pas arriver.

Le pape François est arrivé au Canada dimanche pour ce qu’il a appelé un voyage « pénitentiel », qui durera six jours et verra le pape se rendre dans de nombreuses communautés à travers le Canada dans le but de travailler à la réconciliation.

À partir du milieu des années 1800, les enfants autochtones ont été forcés de fréquenter des pensionnats partout au Canada, qui visaient à effacer leur culture et leur langue. On estime que 150 000 enfants sont passés par ce système, souffrant de négligence et d’abus physiques et sexuels, la dernière école ayant fermé en 1996.

Alors que le gouvernement canadien a créé le système, plus de 60 % des écoles étaient directement gérées par l’Église catholique.

Pendant des années, des appels ont été lancés au pape pour qu’il présente des excuses sur le sol canadien, appels qui n’ont fait que s’intensifier lorsque des centaines de tombes anonymes ont commencé à être confirmées dans d’anciens pensionnats l’année dernière. La première déclaration publique du pape au Canada aura lieu lundi à Maskwacis, où se trouve l’ancien pensionnat indien Ermineskin, et devrait être cette excuse.

Mais alors que beaucoup espèrent que le voyage du Pape au Canada contribuera à la guérison, cela n’a pas été un processus continu.

Archibald faisait partie de la délégation qui a accueilli le pape à l’aéroport d’Edmonton dimanche.

« La première chose que j’ai faite a été, au nom des Premières nations de l’île de la Tortue, de lui souhaiter la bienvenue sur la terre », a-t-elle déclaré. «C’était une promesse que j’avais faite, que lorsqu’il ferait son voyage ici, je le saluerais, et donc cela en faisait partie. Je lui ai également demandé de révoquer la doctrine de la découverte, c’était l’une de mes demandes quand je l’ai vu, et je lui ai également dit que j’attendais avec impatience ses excuses demain à Maskwacis.

C’est le seul événement auquel j’assisterai, parce que c’est sur l’un des anciens instituts d’assimilation et de génocide, et donc je pense qu’il est important d’être là avec des survivants.

Archibald avait également l’intention de prendre la parole lors de l’événement.

Dans une lettre vendredi adressée à l’archevêque Richard Smith de l’archidiocèse catholique d’Edmonton, Archibald a déclaré qu’elle s’attendait à pouvoir accueillir le pape à Maskwacis dans le cadre du programme officiel de cette journée, déclarant qu’elle attendait « avec impatience l’occasion de parler en Maskwacis » sur scène après le traditionnel accueil sur le territoire.

Apprendre dimanche de l’archevêque Smith qu’elle ne participerait pas à la procédure officielle a été décevant, a-t-elle déclaré, en particulier parce qu’elle était la seule femme prête à participer à titre officiel.

« L’autre chose que j’ai dite à l’archevêque Smith, c’est que je suis vraiment déçu de la suppression des voix des femmes, mais que fait l’Église pour les femmes occupant des postes de direction, y avait-il des femmes dans des rôles de direction dans l’Église – et elles n’en ont pas ‘ t », a-t-elle dit. « Donc, cette institution est archaïque, et elle doit être modernisée, et je sais que ce pape a travaillé sur une partie de ce travail, mais il y a un long chemin à parcourir avec l’Église en ce qui concerne l’oppression des femmes en particulier. »

Archibald, qui a été élue chef national de l’APN en 2021, est la toute première femme à occuper ce poste. Bien que brièvement suspendue le mois dernier, un vote à l’assemblée générale de l’AFN début juillet a empêché la poursuite de la suspension, la maintenant à la barre.

L’incertitude quant à savoir si elle fait ou non partie du programme officiel à Maskwacis ressemble à un exemple de plus de la communauté autochtone laissée pour compte dans le processus de planification de la visite papale, a-t-elle déclaré.

Dans sa lettre du vendredi, elle a ajouté que l’AFN devait déterminer le calendrier en se basant sur le site Web de la visite papale.

« Malgré un manque d’informations concrètes ou écrites sur ce qui se passe spécifiquement à travers le pays, mon personnel et moi avons pu glaner à partir des informations rendues publiques via le site Web de la visite papale et des coupures de presse ce que nous comprenons être l’itinéraire du pape », a-t-elle écrit. dans la lettre.

Dans des déclarations précédentes, elle a déclaré que les Premières Nations n’étaient pas « la force motrice dans la planification de cette visite d’État », affirmant qu’elles avaient été maintenues à la « périphérie du processus de planification » alors que l’Église catholique planifiait la majorité des événements.

Dimanche, elle a de nouveau fait part de ses inquiétudes au sujet de l’Église qui utilise également le voyage pour collecter des fonds.

« C’est une partie du problème que nous avons eu avec l’Église, c’est qu’ils ne nous ont pas vraiment inclus dans la bonne planification de ce processus, cela a été très unilatéral, et nous ne pensons pas qu’il s’agit de survivants, il s’agissait davantage pour l’Église de promouvoir l’idée de l’Église, de collecter des fonds pour l’Église lorsqu’ils demandent aux gens de prendre leur billet », a-t-elle déclaré.

Ceux qui réservent leurs billets pour l’événement papal sur Ticketmaster ont été incités à donner de l’argent à un organisme de bienfaisance enregistré – la Conférence des évêques catholiques du Canada, qu’Archibald a qualifié d ‘«inapproprié».

« Je veux rappeler aux gens qu’il s’agit de survivants, que tout ce processus consiste à soutenir et à soutenir nos survivants », a-t-elle déclaré. « Nous devons nous recentrer sur ce que nous faisons vraiment ici, à savoir que les survivants acceptent – ou n’acceptent pas – et écoutent les excuses du pape. »

Bien qu’Archibald ne soit pas elle-même une survivante des pensionnats, sa mère, sa sœur et ses deux frères et sœurs ont tous fréquenté l’école Sainte-Anne, dans le nord de l’Ontario.

« Quatre membres de ma famille immédiate étaient dans une institution d’assimilation et de génocide, et même pendant que je volais ici, j’étais tellement submergé par l’émotion et il y a eu différents moments dans l’avion où j’ai vraiment dû m’empêcher de pénétrer dans un sanglot profond », a-t-elle déclaré. « Je suis un survivant d’un traumatisme intergénérationnel, et il y a tellement de gens comme moi, mais il y a de vrais survivants qui seront à l’événement demain, et le niveau émotionnel y sera si brut et élevé en termes de douleur et de souffrance. .”

Archibald a ajouté que malgré les problèmes qui sont déjà survenus lors de cette visite papale, elle a dit au pape à l’aéroport dimanche qu’elle avait hâte de « marcher sur ce chemin de guérison ».

___


Si vous êtes un ancien survivant des pensionnats indiens en détresse, ou si vous avez été touché par le système des pensionnats indiens et avez besoin d’aide, vous pouvez contacter la ligne de crise des pensionnats indiens 24 heures sur 24 : 1-866-925-4419


Un soutien et des ressources supplémentaires en santé mentale pour les Autochtones sont disponibles ici.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page