News

Kenney veut que le Bureau de la concurrence enquête sur les prix de l’essence en Alberta

Le premier ministre de l’Alberta, Jason Kenney, a déclaré qu’il demanderait au Bureau de la concurrence du Canada d’enquêter sur la « fixation potentielle des prix de l’essence » dans la province, alors que les automobilistes craignent que les automobilistes ne voient plus les avantages de la réduction de la taxe sur le carburant du gouvernement.

Ce printemps, le gouvernement de l’UCP a réduit la taxe provinciale de 13 ¢ le litre dans le but de donner un répit aux consommateurs alors que les prix à la pompe ont atteint des niveaux historiques.

Mais Kenney a déclaré dans un communiqué vendredi qu’au cours des 10 derniers jours, « l’avantage dont jouissaient les Albertains sur le prix de l’essence par rapport aux autres provinces a disparu et il semble maintenant que les Albertains ne bénéficient plus de la réduction d’impôt ».

« Comme je l’ai dit lorsque nous avons annoncé cette mesure en mars, nous n’accepterons aucun jeu joué avec cela », a déclaré le Premier ministre dans un communiqué.

Kenney a déclaré avoir rencontré vendredi l’Association canadienne des carburants, qui représente l’industrie des carburants de transport du pays, « pour exiger une explication » de la raison pour laquelle cela s’est produit.

« Les Albertains méritent de savoir »

Un responsable de l’association a déclaré à CBC News qu’aucun porte-parole n’était disponible vendredi pour parler de l’affaire.

Kenney a déclaré qu’il avait également parlé au bureau de la concurrence de la situation. En vertu de la Loi sur la concurrence, a-t-il dit, il est illégal pour les concurrents de convenir mutuellement de fixer les prix.

« Les Albertains méritent de savoir si cela se passe », a-t-il déclaré, ajoutant qu’il avait dit à Service Alberta de savoir s’il existe des outils que la province pourrait utiliser en vertu de sa loi sur la protection du consommateur.

Kenney veut que le Bureau de la concurrence enquête sur les prix de l'essence en Alberta
Le premier ministre Jason Kenney, vu ici en train de faire le plein de son camion sur une photo d’archive, dit que les Albertains sont frustrés par les prix de l’essence. (Jason Kenney/Facebook)

L’économiste de l’Université de Calgary, Trevor Tombe, surveille également les prix de l’essence dans la province. Il a dit il est important de se rappeler que les prix de l’essence montent et descendent pour toutes sortes de raisons.

« Pendant les premiers mois qui ont suivi la réduction de la taxe sur l’essence du 1er avril, il semblait qu’elle avait été entièrement répercutée sur les consommateurs », a déclaré Tombe à CBC News.

« Mais ces derniers jours — en fait au cours des deux dernières semaines environ — cet écart entre l’endroit où se trouve l’Alberta et où vous pensez qu’il aurait été si la taxe n’avait pas été réduite, ils ont en quelque sorte convergé l’un vers l’autre. Et il semble donc que la taxe ne soit pas répercutée au même degré qu’avant. »

Tombe a déclaré que le nouveau développement est déroutant, mais il ne pense pas que cela soit dû à une hausse des prix ou à un manque de concurrence entre les stations de vente au détail.

« Je ne pense pas que ces explications tiennent la moindre eau », a-t-il déclaré.

« Si nous regardons le diesel, par exemple, je trouve toujours que la réduction des taxes sur le diesel est entièrement répercutée sur les consommateurs là-bas. Il n’est donc pas évident que ce soit un manque de concurrence ou la cupidité des entreprises ou des prix abusifs ou quelque chose comme ça . Mais c’est un mystère. »

Il a dit qu’une explication qu’il a entendue – qu’il qualifie de «potentiellement plausible» – est qu’une pénurie d’éthanol, qui est mélangé à de l’essence, augmente les coûts des stations et que ces coûts sont répercutés sur les consommateurs.

Plus tôt dans la journée, Kathleen Ganley, porte-parole du NPD en matière d’énergie de l’Alberta, a visé la province.

« J’ai appelé l’UCP à prendre des mesures pour empêcher cela en avril, et ils ne l’ont pas fait », a-t-elle déclaré dans un communiqué, accusant l’allégement de la taxe sur les carburants d’augmenter les marges bénéficiaires des stations-service.

« Maintenant, les Albertains paient 13 cents le litre de plus pour faire le plein qu’ils ne le devraient, tout comme de nombreuses familles se préparent pour des voyages d’été. »

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page