News

Inflation : les Canadiens aux prises avec le coût des aliments ont besoin d’aide, selon les défenseurs

OTTAWA –

Alors que le coût de la vie augmente au rythme le plus rapide depuis des décennies, les Canadiens qui ont du mal à se nourrir se tournent vers les organismes communautaires pour obtenir de l’aide.

Le Community Food Centre de Stratford, en Ontario, affirme que le trafic piétonnier a doublé sur ses marchés de produits à prix réduits, où les produits locaux sont vendus à des prix inférieurs à ceux des épiceries. Selon le centre, les clients dépensent deux fois plus au marché qu’il y a quelques mois.

« Les gens viennent qui ne venaient jamais », a déclaré Derek Barnes, un facilitateur de l’engagement communautaire. « Et les gens pour la première fois, ils disent, ‘ces prix pourraient être trop élevés pour moi. »‘

Les prix des aliments en juin étaient de 8,8 % plus élevés qu’il y a un an. Alors que le coût de tout, des produits frais à la viande en passant par les produits de boulangerie, devient de plus en plus inabordable et que les revenus sont à la traîne de l’inflation, les défenseurs de la communauté et les experts s’inquiètent de l’effet sur les personnes vivant en marge.

Le taux d’inflation annuel en juin était de 8,1 %, le plus élevé depuis 1983.

En comparaison, le salaire horaire moyen a augmenté de 5,2 %.

Barnes a déclaré que leur organisation s’est concentrée sur le remplissage des ventres, en particulier pendant la pandémie, mais il est maintenant temps pour les gouvernements de s’assurer que les gens ont des revenus suffisants pour qu’ils n’aient pas besoin de compter sur l’aide des organisations alimentaires d’urgence.

« Nous voulons que les gens de notre communauté non seulement survivent, mais prospèrent », a déclaré Barnes.

Valerie Tarasuk, professeure de sciences nutritionnelles à l’Université de Toronto, a déclaré que l’insécurité alimentaire n’a probablement fait qu’empirer avec la hausse de l’inflation.

« Nous devons faire face aux revenus des personnes en situation d’insécurité alimentaire », a déclaré Tarasuk. « Il n’y a aucun moyen pour notre système caritatif alimentaire de résoudre ce problème. »

Ces mesures devraient viser les Canadiens à revenu fixe et les personnes à faible revenu, a-t-elle ajouté.

La plupart des gouvernements provinciaux n’indexent pas les prestations d’aide sociale à l’inflation. Et tandis que les programmes fédéraux sont indexés, il faut du temps pour que l’inflation se reflète sur les chèques des gens.

Le NPD a demandé au gouvernement fédéral de fournir un allégement immédiat en doublant le crédit d’impôt pour la TPS et en augmentant l’Allocation canadienne pour enfants de 500 $.

Les deux prestations sont soumises à des conditions de ressources, de sorte que ces mesures proposées enverraient de l’argent supplémentaire aux Canadiens à revenu faible à moyen.

Le NPD a déclaré que ces avantages pourraient être financés par des impôts supplémentaires sur les sociétés qui ont vu leurs bénéfices augmenter pendant la pandémie.

Mais les libéraux ont rejeté cet appel.

L’ancien directeur parlementaire du budget, Kevin Page, a déclaré que le dernier budget du gouvernement libéral comprenait des augmentations substantielles du soutien, bien qu’il ait été déposé avant que l’inflation n’augmente de façon aussi spectaculaire.

Le budget de 2022 comprenait plusieurs mesures destinées à améliorer l’abordabilité : une augmentation de 10 % des pensions de la Sécurité de la vieillesse pour les Canadiens de plus de 75 ans et un paiement unique de 500 $ pour l’abordabilité du logement aux Canadiens à faible revenu.

Cependant, Page a déclaré que la pression sur le gouvernement fédéral pour qu’il accorde un allègement lié à l’inflation continuera de monter.

« Fournir un soutien transitoire aux personnes vulnérables dans un environnement (où) vous avez une inflation élevée et en hausse, des gens qui prennent du retard, je pense que les politiciens ne peuvent pas se moquer de cela. Ils ne devraient pas », a déclaré Page.

Page a déclaré que des mesures ciblées, telles que l’augmentation du crédit d’impôt pour la TPS, seraient appropriées. Dans le même temps, les décideurs doivent veiller à ne pas aller « trop ​​loin au-delà », a-t-il déclaré.

Randall Bartlett, directeur de l’économie canadienne chez Desjardins, a déclaré que l’inflation a sans aucun doute le plus d’impact sur les Canadiens à faible revenu.

Selon une enquête de Statistique Canada menée au printemps, 85 % des Canadiens faisant partie des 20 % les moins bien rémunérés ont déclaré que leur capacité à faire face aux dépenses quotidiennes avait été beaucoup ou quelque peu affectée.

Cependant, Bartlett a mis en garde contre l’augmentation des transferts de revenus, affirmant que cela alimenterait davantage l’inflation.

« Les transferts aux ménages à faible revenu sont le type de transfert le plus inflationniste, car ils vont en grande partie à la consommation », a déclaré l’économiste dans un e-mail. « C’est pourquoi les gouvernements ont tendance à s’appuyer sur cela comme un outil de relance pendant les récessions. »

Au lieu de cela, Bartlett a déclaré qu’il serait préférable que le gouvernement fédéral s’en tienne au plan qu’il a présenté dans le budget, « afin de donner à la Banque du Canada une certitude quant à l’environnement de la politique budgétaire tout en continuant de fournir un soutien continu aux Canadiens vulnérables ».


Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 23 juillet 2022.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page