News

Inflation : les banques alimentaires canadiennes à bout de souffle

Les banques alimentaires disent qu’elles sont épuisées alors que de plus en plus de Canadiens recherchent leurs services au milieu de la flambée des prix dans les épiceries.

En juin 2022, le Banque alimentaire Daily Bread a rapporté avoir vu 171 631 visites. C’est presque le triple du nombre par rapport à juin 2019, qui a enregistré environ 65 000 visites.

« Les histoires que nous entendons – le thème commun est que le revenu des gens ne correspond pas à leurs dépenses. Et donc, je vois de plus en plus de familles de travailleurs qui ont un emploi, ou peut-être qu’elles rassemblent deux emplois à temps partiel et sont incapables de joindre les deux bouts », a déclaré jeudi le PDG de la Daily Bread Food Bank, Neil Hetherington, à Your Morning de CTV.

Hetherington affirme que les banques alimentaires au Canada sont frappées « des deux côtés ». En plus de devoir faire face à la demande croissante pour leurs services, les banques alimentaires elles-mêmes doivent également faire face à l’augmentation du coût des aliments, ce qui exerce une pression sur leurs opérations.

« Nous sommes en phase de crise et à mesure que de plus en plus de personnes se rendent dans les banques alimentaires à travers le pays, il nous en coûte plus cher de pouvoir répondre à ce besoin », a-t-il déclaré.

Une enquête de Banques alimentaires Canada publiée le mois dernier a révélé qu’un Canadien sur cinq a déclaré avoir eu faim au moins une fois entre mars 2020 et mars 2022, tandis que près d’un quart ont déclaré avoir mangé moins qu’ils n’auraient dû parce qu’ils n’avaient pas assez d’argent pour se nourrir.

La semaine dernière, Statistique Canada a déclaré que le taux d’inflation annuel pour juin était de 8,1 %, le coût des aliments étant de 8,8 % plus cher qu’à la même période l’an dernier.

Pour ceux qui cherchent à faire un don, Hetherington dit que la Daily Bread Food Bank a besoin d’aliments riches en protéines, ainsi que « de choses que vous aimeriez manger à votre table ».

« C’est le genre de choses que vous pouvez donner dans n’importe quelle épicerie ou caserne de pompiers, mais les fonds nous permettent d’acheter plus de nourriture et d’aliments frais », a-t-il déclaré.

Hetherington a déclaré qu’il souhaitait également que les législateurs s’attaquent aux problèmes structurels qui contribuent à l’augmentation de la faim, notamment la construction de logements plus abordables, le renforcement des aides au revenu pour les personnes handicapées et l’augmentation du salaire minimum.

« Nous espérons vraiment que les gens donneront de la nourriture ou des fonds, mais tout le monde ne peut pas le faire pour le moment », a déclaré Hetherington. « Et si c’est le cas, nous espérons simplement que vous pourrez décrocher le téléphone ou envoyer un e-mail à votre élu et dire: » Nous avons besoin d’aide. Nous devons faire quelque chose à ce sujet. «  »

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page