News

Hockey Canada : les équipes juniors mondiales de 2003 et 2018 ont fait l’objet d’une enquête

Deux des équipes canadiennes de hockey mondial junior masculin font l’objet d’une enquête policière à la suite d’agressions sexuelles collectives présumées en 2003 et 2018.

La police régionale d’Halifax a confirmé vendredi qu’elle enquêtait sur une agression historique lors des championnats du monde juniors de hockey en 2003 et peu de temps après, la police de London, en Ontario, a annoncé qu’elle rouvrait son enquête sur un incident impliquant des membres de l’équipe de 2018. .

Les deux enquêtes policières sont les derniers développements d’une crise en cours qui a secoué Hockey Canada et entraîné la suspension de son financement par le gouvernement fédéral et plusieurs grandes entreprises commanditaires.

« Hockey Canada s’est engagé à mettre fin à la culture du silence dans le hockey », indique un communiqué publié vendredi par l’organisme national de sport.


Hockey Canada a déclaré avoir pris connaissance de l’incident de 2003 après avoir été contacté par TSN jeudi pour obtenir des commentaires sur l’agression présumée. L’organisation nationale de sport a déclaré avoir immédiatement contacté Sport Canada et la police d’Halifax, car la ville était co-organisatrice du tournoi international cette année-là.

« Nous prenons toutes les questions de cette nature très au sérieux et mènerons une enquête approfondie », a déclaré le gendarme d’Halifax. John MacLeod dans un communiqué.

Hockey Canada a déclaré que deux semaines plus tôt, des membres de son personnel avaient entendu une rumeur au sujet de « quelque chose de mauvais au Mondial junior 2003 », mais qu’ils n’avaient pu obtenir aucun détail jusqu’à ce qu’ils soient contactés par TSN jeudi.

Le député John Nater a déclaré avoir été contacté par une personne plus tôt cette semaine avec des informations concernant une agression sexuelle présumée impliquant des membres de l’équipe nationale junior 2003.

« J’ai transmis les informations qu’ils ont fournies à la police de Halifax où l’incident allégué a eu lieu et je les ai encouragés à contacter directement la police », a déclaré Nater. « Je m’attends à ce que Hockey Canada coopère pleinement et appuie toute enquête sur des allégations d’inconduite et d’abus sexuels au sein de l’organisation. »

Sport Canada n’a pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires de La Presse canadienne.

Le Canada a perdu contre la Russie 3-2 en finale du championnat mondial de hockey junior 2003. Vingt et un joueurs de l’alignement du Canada à ce tournoi ont ensuite joué dans la LNH.

Hockey Canada a déjà suspendu son financement du gouvernement fédéral et des entreprises commanditaires à la suite d’allégations d’agression sexuelle impliquant huit membres de l’équipe masculine de hockey junior de 2018.

Ces allégations ont été révélées après que les médias ont rapporté que Hockey Canada avait versé un règlement non divulgué à la plaignante après qu’elle ait poursuivi l’organisation, la Ligue canadienne de hockey, et les huit joueurs anonymes. La femme cherchait 3,55 millions de dollars.

Mercredi, le chef de la police de Londres, Steve Williams, a ordonné un examen de l’enquête initiale sur les agressions sexuelles de cette force en juin 2018. Il a déclaré vendredi qu’à la suite de cet examen, la police de Londres rouvrirait son enquête.

« Grâce à cet examen, ils ont déterminé qu’il existe d’autres opportunités d’enquête qui s’offrent à nous, et à ce titre, l’enquête criminelle a été rouverte pour permettre à ces opportunités d’être explorées », a déclaré Williams.

La Presse canadienne a rapporté lundi que Hockey Canada a maintenu un fonds qui puise dans les frais d’adhésion au hockey mineur pour payer les responsabilités non assurées, y compris les réclamations pour abus sexuels. Hockey Canada a confirmé mardi que le fonds existe, mais qu’il ne serait plus utilisé pour payer les réclamations concernant les allégations d’agression sexuelle.

Le premier ministre Justin Trudeau a déclaré jeudi qu’il doit y avoir un « véritable bilan » à Hockey Canada alors que l’organisation continue de faire face aux retombées liées à sa gestion de l’agression sexuelle présumée en juin 2018 et au règlement à l’amiable.

Le comité permanent du patrimoine canadien doit poursuivre son examen de la façon dont Hockey Canada a traité les allégations de 2018 mardi et mercredi.

Le député Peter Julian, membre du comité permanent, a déclaré que c’était avec « choc et tristesse » qu’il avait appris les nouvelles allégations de vendredi concernant l’équipe de 2003.

« Je pense que je suis simplement choqué que Hockey Canada ait été si réticent à traiter les abus sexuels et la violence sexuelle de manière significative », a déclaré Julian. « C’est quelque chose qui, je pense, nécessite l’impératif que nous mettions en place tous les outils et pratiques pour garantir qu’il y ait une tolérance zéro pour les abus sexuels et la violence sexuelle. »

La ministre des Sports Pascale St-Onge doit témoigner en compagnie d’un officiel de Sport Canada mardi. Hockey Canada a déclaré avoir informé Sport Canada des allégations de 2018 à l’époque, mais St-Onge n’occupait pas encore le poste de ministre des Sports et n’en a été informé que lorsque l’histoire a éclaté en mai.

Glen McCurdie, l’ancien vice-président des assurances et de l’évaluation des risques de Hockey Canada, doit témoigner mercredi. C’est son affidavit sous serment dans un procès sans rapport qui a révélé l’existence du fonds qui, entre autres, couvrait les réclamations concernant l’inconduite sexuelle.


Avec des fichiers d’Abdulhamid Ibrahim


TSN et CTV News sont deux divisions de Bell Média


Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 22 juillet 2022.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page