News

Frais de carte de crédit : une nouvelle règle pour les commerçants entre en vigueur

Les entreprises canadiennes sont en mesure de répercuter un nouveau supplément sur les cartes de crédit à leurs clients à compter d’aujourd’hui, bien qu’il reste à voir combien de commerçants décident d’adopter les nouveaux frais.

La nouvelle règle permet aux commerçants de facturer aux consommateurs ce que l’on appelle des frais d’interchange ou de balayage, ou l’argent que les sociétés de cartes de crédit, les banques et les processeurs de paiement collectent auprès des commerçants à chaque transaction.

Les frais peuvent aller d’environ 1 % à 3 % pour les cartes.

Cela fait suite à un règlement d’un recours collectif de plusieurs millions de dollars impliquant Visa et Mastercard, qui a permis aux entreprises canadiennes de réclamer jusqu’à 5 000 $ en rabais sur les frais de carte de crédit.

« Cela a mis du temps à arriver », a déclaré jeudi le président de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI), Dan Kelly, à l’émission Your Morning de CTV.

« Les Canadiens paient des frais de traitement de carte de crédit parmi les plus élevés au monde, mais la plupart ne savent même pas qu’ils les paient maintenant. Ces coûts sont intégrés aux coûts de tout ce que nous achetons, car ils passent par des commerçants. »

Les entreprises qui souhaitent ajouter des frais pour les cartes de crédit doivent afficher une signalisation indiquant qu’elles ont un supplément et le montrer explicitement sur les reçus. L’option de supplément ne sera pas disponible au Québec en raison des lois provinciales sur la protection des consommateurs.

Un rapport de la FCEI cette semaine a révélé 19 % des petites entreprises envisagent la surtaxe pour compenser les frais de traitement, tandis que 26 % disent qu’ils l’utiliseront si leurs concurrents ou fournisseurs le font.

Cependant, l’enquête a révélé que les entreprises qui vendent souvent à d’autres entreprises sont les plus susceptibles d’ajouter un supplément, tandis que celles qui servent les consommateurs étaient moins susceptibles de le faire par crainte de perdre des affaires.

Quarante pour cent des petites entreprises interrogées ont déclaré qu’elles ne savaient pas si elles ajouteraient la surtaxe, tandis que 15 % n’en avaient pas l’intention.

Kelly et d’autres experts du commerce de détail disent qu’ils ne croient pas que de nombreux détaillants, en particulier les entreprises en contact avec les consommateurs, ajouteront la surtaxe en raison de la concurrence serrée et de la peur de perdre des clients.

Le gouvernement libéral s’est engagé dans ses deux derniers budgets à réduire ces frais, mais il travaille toujours aux consultations.

Entre-temps, des recherches menées l’an dernier par le Banque du Canada ont constaté que les consommateurs paient toujours beaucoup plus qu’ils ne reçoivent en points de récompense de carte de crédit en raison des frais intégrés dans les prix de détail, les consommateurs à faible revenu payant un coût net disproportionnellement élevé.


Avec des fichiers de l’écrivain CTVNews.ca Daniel Otis et de la Presse canadienne

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page