News

Des biologistes et des résidents surveillent les populations d’oiseaux marins alors que des centaines d’autres sont retrouvés morts dans le sud d’Avalon

Des biologistes et des résidents surveillent les populations d'oiseaux marins alors que des centaines d'autres sont retrouvés morts dans le sud d'Avalon
Un fou de Bassan mort à Point Lance, T.-N.-L. (Patrick Butler/Radio Canada)

Des oiseaux de mer morts et mourants sont apparus sur la côte sud de Terre-Neuve au cours des deux dernières semaines, de la réserve écologique de Cape St. Mary’s aux plages publiques de St. Vincent’s, de Point Lance et du sud de la péninsule de Burin.

Des tests sont en cours pour déterminer la cause profonde de la mort, mais Chris Mooney, un agent d’interprétation à la réserve de Cape St. Mary’s, a déclaré à CBC News qu’il semble certainement que la grippe aviaire soit le problème.

Mooney, qui travaille dans la réserve depuis 21 ans, dit qu’il n’y a pas eu de mise à jour jeudi, mais les résultats des tests devraient revenir bientôt.

« Je ne sais pas combien de temps il faut pour que cela se propage, mais j’espère que cela ne se propage pas trop. J’espère que nous ne perdrons pas beaucoup [of birds], » il a dit.

« Ce n’est pas bon parce qu’on ne peut rien faire pour eux. Tout ce qu’on peut faire maintenant, c’est surveiller, garder des chiffres, parler au Service canadien de la faune, parler à l’université, [biologist] Bill Montevecchi et parlez au siège social. »

Des signes indiquent que le nombre d’oiseaux morts se compte par milliers. Mooney suggère que pour chaque oiseau trouvé sur une plage, il y en a six à dix flottant dans l’océan. Il espère que la réserve ne fait pas face à une situation similaire où des milliers de personnes sont mortes début juin aux Îles-de-la-Madeleine dans le golfe du Saint-Laurent.

Des biologistes et des résidents surveillent les populations d'oiseaux marins alors que des centaines d'autres sont retrouvés morts dans le sud d'Avalon
Chris Mooney est agent d’interprétation à la réserve écologique de Cape St. Mary’s. (Patrick Butler/Radio Canada)

Peter Corcoran vit à Point Lance depuis plus de 50 ans. Jeudi, il était sur la plage de 2,2 kilomètres pour faire le point sur le nombre d’oiseaux qui s’étaient échoués au cours des deux derniers jours. Des centaines jonchaient le sable.

« Je dirais qu’il y en a près de 300 ici maintenant », a déclaré Corcoran à CBC News.

« Certains se lavent, d’autres arrivent vivants. Ils resteront en vie pendant environ 10 minutes, je suppose, puis ils se rouleront dans le sable et mourront. »

Corcoran a déclaré que les gens de sa communauté ne savaient pas quoi penser de la situation. Il a dit que certains ont parlé avec des agents fédéraux de l’environnement qui leur ont dit qu’ils surveillaient la grippe aviaire depuis l’hiver dans toute la baie de Placentia.

« Je pêche depuis 35 ans et je n’ai jamais rien vu de tel. Ici, en hiver, vous aurez peut-être deux, trois ou quatre oiseaux, mais c’est à peu près tout », a-t-il déclaré.

Des biologistes et des résidents surveillent les populations d'oiseaux marins alors que des centaines d'autres sont retrouvés morts dans le sud d'Avalon

Des oiseaux de mer meurent de grippe aviaire présumée au large de Terre-Neuve

Des centaines d’oiseaux de mer morts s’échouent dans certaines parties de Terre-Neuve et on s’attend à ce que des milliers d’autres meurent dans l’océan. Les tests n’ont pas encore confirmé que la grippe aviaire est à blâmer, mais les experts pensent qu’elle est responsable.

Regarder les fous de Bassan

Il y a environ 100 000 oiseaux de différentes espèces vivant dans la réserve de St. Mary’s.

Mooney a déclaré que la plupart des carcasses d’oiseaux trouvées sont des guillemots avec environ un fou de Bassan trouvé pour 20. Mais les autorités surveillent de près les 15 000 paires de fous de Bassan, puisque leur période de migration commence vers la fin septembre, ce qui signifie qu’ils vont être entassés encore pendant deux mois de plus, ce qui rend possible la propagation de la grippe aviaire d’autant plus grande.

Les guillemots trouvés sur les plages semblent être en bonne santé et pleins de nourriture, a déclaré Mooney, mais les équipes de recherche vont être touchées en raison de l’origine inconnue de la mort.

Des biologistes et des résidents surveillent les populations d'oiseaux marins alors que des centaines d'autres sont retrouvés morts dans le sud d'Avalon
Des dizaines d’oiseaux marins morts s’échouent sur les côtes de Terre-Neuve. Cette photo provient de Point Lance dans le sud de la péninsule d’Avalon. (Patrick Butler/Radio Canada)

« Personne ne sait. Vous ne voulez pas descendre parmi les oiseaux si c’est la grippe aviaire. Même si elle n’est pas facilement contractée par les humains, vous ne voulez toujours pas descendre parmi eux », a-t-il déclaré.

Corcoran a déclaré que les macareux font également partie des oiseaux qui se lavent et que les touristes passent également pour profiter de la plage. Il a essayé d’amener les autorités à venir nettoyer les dégâts.

« Nous avons beaucoup de gens qui marchent sur la plage. Ils ont peur d’y aller maintenant », a-t-il déclaré.

« Nous avons toujours eu sept ou huit pygargues à tête blanche ici au printemps dans les algues, je n’en ai jamais vu cette année. Pas un. »

Lire plus d’articles de CBC Terre-Neuve-et-Labrador

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page