News

COVID-19 : Comment contrôler le virus d’ici ?

Alors qu’une grande partie du Canada est au milieu d’une vague estivale de COVID-19, les responsables de la santé publique et les médecins ont des opinions partagées sur la façon dont les provinces et les territoires réagissent à partir de ce moment.

Bien que les tests COVID-19 ne soient plus aussi répandus qu’auparavant, d’autres mesures telles que les cas de test des eaux usées sont en augmentation. Les sous-variants BA.4 et BA.5 Omicron, plus infectieux, constituent désormais la majorité des échantillons collectés et séquencés du génome, les données de l’Agence de la santé publique du Canada montrent.

Au cours des dernières semaines, on a demandé aux médecins si certaines restrictions de santé publique, telles que les mandats de masque, devaient être mises en place afin de contrôler la dernière, ou la septième, vague de COVID-19.

« Je pense que si vous faites des choses à l’extérieur, vous n’avez vraiment pas besoin de masques à moins qu’il n’y ait vraiment beaucoup de monde, et je pense que c’est là que les gens utilisent leur discrétion », a déclaré à CTV le Dr Anna Banerji, spécialiste des maladies infectieuses et membre du corps professoral de l’Université de Toronto. Votre matinée du jeudi.

« Mais je pense qu’à certains endroits, si les chiffres augmentent – ​​et nous nous attendons à ce que les chiffres augmentent à nouveau en septembre – qu’il devrait y avoir certains endroits où ils devraient avoir des mandats de masque. »

Cela comprendrait les milieux où se trouvent des personnes vulnérables, a-t-elle dit, comme les hôpitaux et les foyers de soins de longue durée.

Le choix des provinces de rétablir certaines restrictions dépendra de leur propre situation, a-t-elle déclaré, les mesures dans les Maritimes différant de celles en Ontario, par exemple.

PROVINCES N’APPORTANT PAS ENCORE DE RESTRICTIONS

Les provinces et les territoires ont levé la quasi-totalité de leurs restrictions de santé publique liées à la COVID-19, y compris les mandats de masque, au cours des derniers mois et beaucoup ne semblent pas disposés à rétablir ces mesures.

« Vous savez, il s’agit en grande partie de décisions politiques, c’est vraiment le cas », a déclaré le Dr Isaac Bogoch, spécialiste des maladies infectieuses et membre du corps professoral de l’Université de Toronto, à CTV News Channel le 8 juillet.

« Je pense donc que ce que nous pouvons faire dans ce contexte, c’est avoir un message approprié. »

Ce message, a-t-il dit, comprend la mise à jour des vaccins, qui aident à prévenir des maladies plus graves, le port d’un masque de haute qualité à l’intérieur où le COVID-19 est le plus susceptible de se transmettre et, si possible, la pratique d’activités à l’extérieur.

« Ce ne sont que des mesures simples que les gens peuvent prendre pour se protéger et protéger ceux qui les entourent », a-t-il déclaré.

La semaine dernière, le médecin hygiéniste en chef de l’Ontario, le Dr Kieran Moore, a déclaré que la province était ne prévoit pas de ramener les restrictions de santé publique.

À l’époque, il a dit qu’il s’attendait à ce que l’Ontario atteigne le sommet de sa vague actuelle, qu’il a décrite comme se déplaçant sur une « trajectoire plus lente » avec des résultats « moins graves », dans les deux semaines suivantes.

Cela dit, Moore a ajouté qu’il agirait en conséquence si le COVID-19 menaçait le système de santé de la province, bien que même cela serait une « éventualité pour l’automne ».

Les foyers de soins de longue durée de l’Ontario ont connu de nouvelles éclosions de COVID-19 plus du double dans la première semaine de juillet à la lumière de la vague estivale. Le masquage est toujours nécessaire dans les foyers de soins de longue durée et les maisons de retraite en Ontario.


Un rapport de Santé publique Ontariopour la semaine du 10 juillet, montre que les décès dans la province dus au COVID-19 sont restés stables, avec entre 29 et 40 décès signalés chaque semaine au cours des quatre semaines précédentes.

Même si les cas de COVID-19 ont augmenté au printemps, les hospitalisations au Canada n’ont pas atteint le pic précédent de la vague hivernale Omicron, pas plus que la dernière vague estivale.

Cependant, les hospitalisations ont tendance à retarder les déclarations de nouveaux cas et Santé publique Ontario a déclaré que les personnes de 80 ans et plus continuent d’avoir des taux d’hospitalisation et de décès plus élevés que les autres groupes d’âge.

Comme en témoigne la première vague d’Omicron en hiver, même si une plus petite proportion de personnes qui contractent la sous-variante se retrouvent à l’hôpital, une augmentation massive des cas pourrait entraîner l’hospitalisation d’un plus grand nombre de personnes.

Le ministre de la Santé de la Colombie-Britannique, Adrian Dix, a déclaré le 4 juillet que des préparatifs sont en cours pour lutter contre toute poussée potentielle de COVID-19 cet automne, mais il y a pas de plans immédiats pour revenir à un mandat de masque à l’échelle de la province.

Au Québec, le ministre de la Santé, Christian Dubé, a déclaré lors d’une conférence de presse le 7 juillet que la province ne pas réimposer les mesures sanitaires. Le Québec a signalé plus d’hospitalisations actuellement que toute autre province.

TROISIÈME ET QUATRIÈME DOSES

Les responsables de la santé publique et les spécialistes des maladies infectieuses continuent de recommander aux résidents de recevoir une troisième dose de vaccin, certaines provinces élargissant l’admissibilité aux quatrièmes doses à tous les adultes.

L’épidémiologiste de Toronto, le Dr Prabhat Jha, a déclaré à CTV News Channel le 11 juillet qu’en plus du masquage à l’intérieur, une troisième dose offrira la meilleure protection contre une vague d’automne de COVID-19.

Il pense également que la définition d’être « entièrement vacciné » devrait passer à trois doses, bien que l’absorption ait pris du retard par rapport aux première et deuxième doses.

Au 27 juin, près de 56 % des personnes de 12 ans et plus avoir reçu au moins un rappelrapporte l’Agence de la santé publique du Canada.

« Les politiciens ont perdu tout intérêt et le public a perdu tout intérêt, mais cela reste la stratégie la plus importante et j’aimerais voir une poussée beaucoup plus claire sur celles-ci avant même de parler de quatrièmes doses, qui sont pertinentes mais seulement pour un sous-ensemble vraiment de la population », a déclaré Jha.

Le Dr Dale Kalina, médecin spécialiste des maladies infectieuses à l’hôpital Joseph Brant de Burlington, en Ontario, a déclaré à CTV News Channel le 9 juillet que les vaccins actuels font toujours du bon travail pour prévenir les maladies graves.

« Bien sûr, l’importance de trois doses d’un vaccin pour la grande majorité des gens ne peut être sous-estimée », a-t-il déclaré.

« Et puis, bien sûr, en ajoutant à cela quatre doses, en général pour les personnes dont le système immunitaire ne répondra pas aussi bien, et je pense que c’est là où nous en sommes actuellement en ce qui concerne les vaccins. »

Mais même si les hospitalisations et les décès n’atteignent pas les niveaux observés lors des vagues précédentes, une plus grande propagation du virus aura un effet sur la société, qu’il s’agisse d’un plus grand nombre de personnes développant des symptômes de longue durée de la COVID ou devant s’absenter du travail, en particulier dans les hôpitaux, Montréal- l’épidémiologiste et cardiologue basé, le Dr Christopher Labos, a déclaré à CTV News Channel le 7 juillet.

« Si nous permettons continuellement au COVID d’infecter de larges pans de la population, nous allons avoir un grand nombre de personnes avec des symptômes débilitants et cela va rendre difficile le fonctionnement de la société », a-t-il déclaré.

« Quand nous parlons de vivre avec le COVID, nous ne pourrons pas vivre avec le COVID si tout le monde est malade. »


Avec des fichiers de CTV News et de La Presse canadienne

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page