News

Affaire de consentement sexuel : la Cour suprême rend une décision

La Cour suprême du Canada a déclaré que les relations sexuelles avec préservatif sont un acte physique différent des relations sexuelles sans préservatif, et que l’utilisation d’un préservatif peut être une condition de consentement en vertu de la loi sur les agressions sexuelles.


Dans une décision 5-4 aujourd’huile tribunal de grande instance déclare que « non, pas sans préservatif » ne devrait pas signifier « oui, sans préservatif » dans une salle d’audience.

Le tribunal a ordonné un nouveau procès dans une affaire en Colombie-Britannique dans laquelle une plaignante a dit à un nouveau partenaire sexuel, Ross McKenzie Kirkpatrick, qu’elle n’aurait des relations sexuelles avec lui que s’il portait un préservatif.

Le fait que Kirkpatrick ait utilisé un préservatif la première fois qu’ils ont eu des relations sexuelles a conduit la plaignante à supposer qu’il en portait déjà un lorsqu’il a commencé à avoir des relations sexuelles pour la deuxième fois, a-t-elle déclaré au tribunal – mais ce n’était pas le cas, ce qu’elle a dit ne pas réaliser. jusqu’à ce qu’il éjacule.

L’accusation d’agression sexuelle contre Kirkpatrick a été rejetée par un juge du procès qui a conclu qu’il n’y avait aucune preuve que la plaignante n’avait pas consenti à « l’activité sexuelle en question », ni que l’accusé avait été explicitement trompeur, ce qui aurait été une autre voie de condamnation.

Bien que les motifs de sa décision soient partagés, la Cour suprême a accepté à l’unanimité la décision de la Cour d’appel de la Colombie-Britannique selon laquelle le juge de première instance avait commis une erreur en concluant à l’absence de preuve.


Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 29 juillet 2022.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page