News

3 hommes inculpés dans la forêt tropicale du Brésil du meurtre d’un expert autochtone et d’un journaliste britannique

Les procureurs ont inculpé trois personnes du meurtre en juin du journaliste britannique Dom Phillips et de l’expert indigène Bruno Pereira dans les confins occidentaux de la forêt amazonienne brésilienne, selon un communiqué.

Tous sont des habitants locaux, et leur motif était que Pereira avait demandé à Phillips de les photographier lorsqu’ils passaient en bateau, selon le communiqué. La région est un point chaud pour la pêche illégale et le braconnage.

Phillips et Pereira avaient rencontré des peuples autochtones près de l’entrée du territoire indigène de la vallée de Javari, qui borde le Pérou et la Colombie, et voyageaient le long de la rivière Itaquai jusqu’à la ville d’Atalaia do Norte lorsqu’ils ont été attaqués. Leur disparition a suscité un tollé international intense et une pression pour agir et, avec l’aide des populations autochtones locales, les autorités ont retrouvé leurs corps cachés dans la forêt.

Les procureurs ont présenté leurs accusations jeudi, soulignant que deux des hommes – Amarildo da Costa Oliveira et Jefferson da Silva Lima – ont avoué le crime, tandis que des témoignages indiquent qu’Oseney da Costa de Oliveira a également participé, selon le communiqué.

Deux femmes et un homme s'embrassent et se consolent.
Alessandra Sampaio, à gauche, épouse de Dom Phillips, est montrée le 26 juin à Nireroi, embrassant ses beaux-parents Sian et Gareth Phillips, les frères et sœurs du journaliste assassiné. (Pilar Olivares/Reuters)

Pereira avait déjà eu des affrontements avec des pêcheurs lors de la saisie de leurs prises et avait reçu de multiples menaces. Il portait une arme à feu sur lui et avait quitté l’agence fédérale des affaires autochtones afin d’enseigner aux autochtones locaux comment patrouiller sur leurs terres et recueillir des preuves photographiques géolocalisées de la criminalité.

Le jour où ils ont été assassinés, Pereira transportait ces preuves aux autorités d’Atalaia do Norte, et il a été abattu de trois balles.

Phillips, qui effectuait des recherches pour un livre intitulé Comment sauver l’Amazoniea été tué « uniquement parce qu’il était avec Bruno, afin d’assurer l’impunité pour le crime antérieur », selon le communiqué des procureurs.

Il y a eu des spéculations dans la presse brésilienne selon lesquelles leur meurtre pourrait avoir été ordonné par le chef d’un réseau de pêche illégale. Plus tôt ce mois-ci, la police a arrêté un quatrième homme alors qu’il présentait de faux documents, pensant qu’il pourrait être impliqué, mais aucune accusation n’a été portée à ce jour.

Jour 610:38Partout dans le monde, les défenseurs des terres sont attaqués : Global Witness

La police brésilienne affirme maintenant qu’un homme a avoué le meurtre du journaliste britannique Dom Phillips et du militant brésilien des droits à la terre Bruno Pereira, qui ne sont pas revenus d’un voyage d’enquête dans une partie reculée de l’Amazonie. Global Witness est un groupe à but non lucratif qui suit les assassinats de défenseurs des terres depuis 10 ans. Marina Comandulli, une militante de l’équipe des défenseurs des terres et de l’environnement de Global Witness, affirme que les attaques et les meurtres se produisent régulièrement dans le monde entier et ne sont souvent pas signalés.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page